Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FOcom Poste 06

Grève à Nice-Thiers : les facteurs ont-ils raison ?

9 Janvier 2010, 10:12am

Publié par FOcom Poste 06

Nice Matin hier, vendredi 8 janvier 2010

Facteurs grévistes et direction de La Poste se sont mutuellement assignés hier devant le tribunal.

Après dix-sept jours de grève d'une partie des facteurs, le conflit de la poste Nice-Thiers - qui dessert le secteur 06 000 - a donc fait hier matin une entrée fracassante dans l'enceinte du Palais de Justice : ce dernier était placé sous haute protection policière afin de parer à d'éventuels débordements de la part de la soixantaine de préposés ayant assisté à l'examen des deux référés déposés par les syndicats et la direction. Pour autant, tout s'est déroulé dans le calme.

Le premier référé, déposé par la CFDT, la CGT et SUD, devrait logiquement permettre à la juge Bernadette Rivière-Caston, vice-présidente du TGI, de dire qui, de La Poste ou des grévistes, a raison. Sachant que le conflit, déclenché le 22 décembre, porte sur la réorganisation des tournées, connue sous le nom de « facteurs d'avenir ».

Pour le conseil de l'intersyndicale, Me Charles Ciccolini, « La Poste a dénoncé le précédent accord, du 16 août 2006, sans convoquer les syndicats à une négociation dans les trois mois qui ont suivi cette dénonciation, le 11 septembre 2008 ». L'avocat s'étonne même : « L'invitation de La Poste à la discussion est du 4 septembre 2009 », soit deux mois et demi avant l'entrée en vigueur de « facteurs d'avenir », ce fameux 22 décembre. Et de conclure : « L'employeur n'a jamais voulu mettre en place de négociations ! »

Accrochage entre la juge et l'avocat de La Poste

La situation ainsi dénoncée étonne la juge : « Pourtant, la situation est bloquée aujourd'hui. La solution, quelle est-elle ? » demande-t-elle aux deux parties. Seul, Christian Artins, de la CFDT, s'avance : « Nous, la négociation, on l'attend depuis trois semaines... » Et Mme Rivière-Caston de rétorquer, tout sourire : « Tout peut changer, on est en 2010... »

Pour la direction de La Poste, Me Alexis Mancilla bouillonne : « Nous n'avons pas ici à discuter du fond du dossier, vous n'aurez rien de moi ! » On frise l'incident : « Modérez vos propos, Maître, c'est moi qui ai posé des questions ! » tranche le magistrat. Le conseil de La Poste répond alors à son adversaire : « La convocation des syndicats à une nouvelle négociation se fait à la demande de l'une des parties. Or, les syndicats ne l'ont jamais demandée officiellement. De même, ils auraient pu saisir le juge des référés... Mais depuis le début, ils font la politique de la chaise vide ! »

Jugement mardi 12 janvier. En attendant, la grève et les négociations se poursuivent.

Francis Lumineau

 

Commentaires: Après 17 jours de grève, les référés et l'attente de la décision du juge des référés, il faut espérer que les négociations entre la direction de la poste et l'intersyndicale rentrent enfin dans un cycle de mutuelles propositons réelles et concrêtes; il est évident que tant que la DOTC Nice ne lachera rien sur la mise en place de FA, il en sera de même pour l’intersyndicale.

Voir les commentaires

Questions à Jacques Lemercier, Secrétaire général de FO Communication

9 Janvier 2010, 09:28am

Publié par FOcom Poste 06

jacques_couleur.jpgDepuis 1er janvier 2000 : FO Communication succède à FO PTT et continue son action dans le secteur de la communication.
Qui sommes-nous ?

Quelle est la mission de FO Communication ?

Défendre tous les salariés du secteur de la communication, qu'ils travaillent dans une entreprise publique ou privée. Notre Fédération regroupe et organise l'ensemble des personnels de La Poste, de France Télécom et leurs filiales ainsi que de toutes les entreprises de télécommunications. Ceux du secteur postal en pleine éclosion font également partie de nos priorités.

Qu'est-ce qui rapproche un facteur d'un technicien de France Télécom ou d'une commerciale de Bouygues ?

La même aspiration à la stabilité, au respect, à des conditions de travail décentes. Tous les secteurs de la communication vivent une profonde mutation. La Poste perd progressivement son monopole et ses salariés sont déstabilisés. De son côté, France Télécom est entrée de plain-pied dans le monde de la concurrence. Les autres entreprises de télécommunications sont, quant à elles, très nombreuses mais confrontées à des situations différentes selon leur taille. Le secteur postal, né de la fin du monopole sur le courrier, est déjà la victime d'un dumping social effréné. Les salariés demandent que leurs intérêts collectifs soient défendus sans oublier les causes individuelles. A nous de fédérer ces revendications et de tirer les conditions de travail et les salaires vers le haut.

Qu'est-ce qui vous distingue des autres syndicats ?

Nous croyons en une véritable pratique contractuelle. Ce sont les grands accords qui font avancer la condition des salariés. Nous continuons donc à privilégier ce mode de négociation dans lequel nous jouons un rôle moteur. Notre boulot, c'est de défendre efficacement les carrières, les salaires, la protection sociale, pas de gesticuler à tort et à travers. Mais quand les accords signés sont bafoués ou que le patronat fait la sourde oreille, nous prenons nos responsabilités afin que nos revendications aboutissent par le recours à d'autres moyens comme la grève ou la manifestation sans écarter les recours juridiques. Nous avons pour habitude de définir cette démarche de réformisme militant.

Quelle est votre force sur le terrain ?

Notre réseau de délégués. Si nous sommes crédibles, c'est parce que nous sommes présents et actifs sur le terrain et que notre compétence est reconnue. Salaires, carrières, accords d'entreprise... autant de domaines parfaitement maîtrisés par nos militants. Et puis nous agissons à l'échelle européenne, et même au-delà. FO Communication adhère en effet à des internationales syndicales puissantes, capables de faire entendre la voix des travailleurs sur la scène mondiale. Enfin, et surtout, nous gardons la même ligne de conduite en restant indépendants vis-à-vis des gouvernements ou des patrons successifs. Les salariés le savent. Ils nous rejoignent car ils ont confiance.

 

Voir les commentaires

La DSEM dans la tourmente

9 Janvier 2010, 09:15am

Publié par FOcom Poste 06

Pour agrandir le tract, cliquez sur l'image
la_dsem.jpg

Voir les commentaires

Une loi ficelée mais toujours en souffrance

9 Janvier 2010, 09:11am

Publié par FOcom Poste 06

Les privatiseurs sont vexés : La Poste n’est pas devenue société anonyme le 1er janvier. Il leur faudra patienter jusqu’au 1er mars. Et encore, à condition que le Conseil constitutionnel ne « retoque» pas le texte, comme pour la taxe carbone… Grâce à la mobilisation des postiers et des citoyens, l’échéance a pu être repoussée d’un an. Sous la pression, les parlementaires ont arrondi certains angles. Mais, sur le fond, le texte reste nocif pour La Poste, le service public et le personnel.

- NOCIF POUR LA POSTE

N’en déplaise à M. Estrosi, La Poste n’est pas « imprivatisable ». Ce qu’une loi a fait, une autre peut le défaire : GDF et France Télécom étaient des services publics nationaux.

Aujourd’hui, c’est fini !

Des «personnes morales de droit public autres que l’État » entreront au capital de La Poste. On oublie de dire qu’elles peuvent comporter des actionnaires privés. Et comme le fait la Caisse des dépôts, elles exigeront un « retour d’investissement » et un droit de regard sur l’entreprise. Et qui dit recherche du profit, dit suppressions d’emplois !

Il y a loin de la coupe aux lèvres : sur le ballon d’oxygène de 2,7 milliards promis, l’État n’a pas encore budgété 1 centime. La Caisse des dépôts, elle, traîne les pieds. Nous sommes loin des 6 milliards promis par M. Sarkozy…

- NOCIF POUR LE SERVICE PUBLIC

FO COM proposait la création d’un établissement public assurant le financement des missions de service public dévolues à La Poste. Les parlementaires se sont payés de mots :

le projet de loi n’apporte pas de changement notable à la situation actuelle. La Poste va continuer à supporter seule 1 milliard de surcoût pour les missions de services publics.

L’État donnera une aumône pour la présence postale. Le surcoût du service universel fera l’objet d’une compensation non chiffrée à ce jour ; la distribution de la presse dépend, là encore, des caprices de l’État, réputé mauvais payeur ; l’accessibilité bancaire se limite au Livret A.

Fixer définitivement à 17 000 le nombre de « points de contact » est une mauvaise plaisanterie: c’est interdire de nouvelles implantations sans fermetures parallèles; c’est noyer le poisson en privilégiant agences commerciales et relais postes au détriment des bureaux de plein exercice.

Même si elle est mieux encadrée, l’Autorité de régulation (ARCEP) jouera un rôle trop important en matière de présence postale. Il est anormal que le protecteur de la concurrence donne des directives sur le service public.

- NOCIF POUR LE PERSONNEL

Partout en Europe et dans le monde, les sociétés anonymes ont mené une politique impitoyable de suppressions d’emplois : le chiffre de 60 000, voire plus, est cité pour La Poste.

La convention collective postale est une nécessité contre le dumping social et pour abolir les conditions de travail souvent scandaleuses qu’imposent les nouveaux opérateurs.

Alors que les négociations piétinaient depuis cinq ans, à cause de la mauvaise volonté patronale, un amendement aurait permis de débloquer la situation : il a été rejeté sans discussion ! Les parlementaires se sont montrés socialement irresponsables.

FO COM s’est battue pour que les salariés continuent à bénéficier du régime de retraite complémentaire IRCANTEC, plus favorable que celui de l’AGIRC-ARRCO. C’est gagné, pour les agents en fonction, mais les nouveaux recrutés seront défavorisés. FO COM exige que La Poste compense cette injustice.

Si aucune action rectificatrice n’intervient, les fonctionnaires retraités seront financièrement lésés par l’instauration d’un régime collectif obligatoire de protection sociale ; FO COM revendique le maintien de la solidarité entre générations, fondement de l’esprit mutualiste.

L’amendement sénatorial sur la reconstitution de carrière des fonctionnaires reclassés, voté par le Sénat, a été rejeté par l’Assemblée nationale. FO COM avait écrit à tous les députés pour que cette injustice soit réparée. Aujourd’hui, par un décret tardif, le Gouvernement se contente d’obliger La Poste à ouvrir aux reclassés la voie normale de la promotion. FO COM veillera à ce que l’entreprise s’exécute. Nous maintenons notre revendication d’une reconstitution des carrières.

Comme à France Télécom, les fonctionnaires seront désormais nommés et gérés par leur PDG. Il pourra même, par délégation de signature, autoriser un subordonné à proposer la révocation d’un agent… Où sont passées les garanties du statut de la fonction publique?

Les députés ont décidé d’autoriser, «à titre expérimental » l’ouverture d’un bureau de postes jusqu’à 21h00 dans les communes de plus de 50000 habitants. Non seulement la pertinence de ce choix est douteuse, mais elle est lourde de conséquences pour le personnel. Il est inacceptable qu’une simple « consultation » des syndicats soit prévue sur le sujet. Le respect du dialogue social impliquerait que seule une négociation aboutissant à un accord puisse, éventuellement, créer les conditions d’une telle mise en oeuvre.

Si la loi finit par être promulguée, elle sera appliquée. C’est la démocratie.

FO COM défendra alors les postiers contre les effets nocifs du texte. Mais la démocratie, c’est aussi le droit de remettre en cause l’existence d’une loi. D’autant que la loi postale sera frappée d’un vice originel : elle s’est faite contre les citoyens, dont on a refusé d’entendre la voix par référendum.

FO COM continuera à préparer « l’alternance postale » , autrement dit le retour à une Poste établissement public, vouée au seul intérêt général.

La loi est peut-être ficelée, mais ni les postiers ni les citoyens ne le sont.

Voir les commentaires

Nice Thiers: La direction a assigné aujourd'hui en justice 23 grévistes.

7 Janvier 2010, 01:17am

Publié par FOcom Poste 06

La direction déplore «des débordements regrettables», avec «blocage des camions de courrier et verrouillage des grilles du centre». Le Tribunal de grande instance de Nice doit les recevoir demain à 9h

Le blocage des portes n’est illicite que si l’on bloque toutes les portes et si on est assez bêtes pour mettre des grosses chaînes à toutes les portes et que cela se voit beaucoup. La jurisprudence dit: «Il ne faut pas que toutes les ouvertures de l’usine soient bloquées».

Avez-vous constaté quelque chose de semblable ?!

Quand il s’agit de casser une grève, La Poste possède un budget illimité notamment pour embaucher des huissiers mais aussi des intérimaires sur les tournées de grévistes, Ils font le travail à la place des grévistes, mais sans formation. Pour de grosses entreprises très riches comme La Poste, il n’est pas difficile d’embaucher massivement des travailleurs intérimaires pour le temps de la grève. Çà ne coûtera pas tellement plus cher, et surtout çà amortira l’effet de la grève.

Bien sûr, c’est interdit par le Code du Travail, mais les employeurs “ border line ”, comme La Poste, contournent aisément cette interdiction.

A noter que la pitoyable distribution réalisée par les intérimaires remplaçants les grévistes démontre, une fois de plus, que n’est pas facteur qui veut!

Il faut souhaiter que ces patrons sans charisme et sans grands talents de négociateurs rendent des comptes aux usagers, entreprises et collectivités territoriales ainsi qu’à leur propre hiérarchie sur cette distribution catastrophique du Courrier et cette parodie de négociation dont ils sont entièrement responsables!!!

Maintenant, abordons le coupable «Facteur d’avenir» et posons-nous une question essentielle : pourquoi notre chère entreprise ne met-elle pas nationalement en place une réglementation uniforme (DHT, DJT, RTT) dans le cadre de son très onéreux et fumeux projet national «facteur d'avenir»!???

Aucun bureau ne serait comparable à un autre, pourquoi???

Ne travaillons-nous pas dans la même entreprise avec les mêmes missions!!!?

Le but de Facteurs d'Avenir est l'apparition de la notion de sécabilité et de jours dits "faibles" destinés à diminuer la masse salariale en pratiquant une politique du flux tendu.

Mais aussi déstabiliser en permanence l'organisation et les conditions de travail des agents, ainsi pour les sites déjà en FA, La Poste s’octroie le droit de renégocier en permanence les termes des accords (l’'arrivée d’un nouveau directeur, la crise, une baisse de trafic fictive etc …).

La totalité de ceux qui sont dans FA vont y avoir droit, pour certain bureau c'est après 18 mois et pour ceux de l'année 2009 ce sera dans un an.

Bonne chance !

FO refuse que la Poste se lance dans l’aventure TGV

«  Travail à Grande Variabilité » et ne signera aucun accord..

Voir les commentaires

SECABILITE : LE FORFAIT ILLIMITE DE LA POSTE !!!

6 Janvier 2010, 11:20am

Publié par FOcom Poste 06

 

   

Sous prétexte de dialogue social, la DOTC racole les organisations syndicales afin d’obtenir leurs signatures pour donner une légitimité sociale aux réorganisations facteur d’avenir (FA pour les initiés).

La vérité est tout autre… Sous prétexte de la modernisation  continue  du courrier, La Poste navigue à vue. Elle s’octroie le droit de négocier le terme d’un accord.

Exemple : une sécabilité prévue  1 jour par semaine, se transforme en une semaine de sécabilité !

Le prétexte : la crise et la baisse du trafic...

NON, Force Ouvrière ne signera

pas de chèque en blanc à la Direction.

NON, Force Ouvrière ne sacrifiera pas les agents

sur l’autel de la productivité

et sur le déshumanisation du métier de facteur.

Pour FO le combat continue.

La sécabilité ne doit pas devenir un mode de fonctionnement normal, même en temps de crise.

FO refuse que la Poste se lance dans l’aventure TGV

«  Travail à Grande Variabilité ».

                                                                                                                       

Voir les commentaires

Braquage du Bureau de Nice Comte Vert !!! "Jamais 2 sans 3"

5 Janvier 2010, 13:49pm

Publié par FOcom Poste 06

Comme suite au braquage du bureau de poste de Nice Comte Vert le 18 décembre, l’ensemble des organisations syndicales est  convoqué pour un C.H.S.C.T extraordinaire  le 12 Janvier 2010 (ce délai vous interpelle?!). Pour la troisième fois les agents on été braqués!!!
Que fait La Poste??? Que fait notre ministre de tutelle?!
La continuité du Service Public oui !
Mais pas à n'importe quel prix???
Lors du précédent braquage les autorités affirmaient mettre les moyens nécessaires  à endiguer cette spirale infernale d'insécurité!!!
Face au résultat, il est évident que c'était plus facile à dire qu'à faire!!!
Lors de ce C.H.S.C.T Force Ouvrière exigera l'embauche d'un agent de sécurité privé au bureau de Nice Comte Vert …….. ainsi que pour l'ensemble des bureaux en zones à risque!!!
FOCOM 06 vous tiendra  informés des suites de ce C.H.S.C.T !!!

Voir les commentaires

<< < 1 2