Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FOcom Poste 06

INFO: Décret retraite «CARRIÈRES LONGUES» - Pour FO une avancée timide...

8 Juin 2012, 08:52am

Publié par FOcom Poste 06

Le gouvernement a communiqué sur les ajustements qu’il allait faire sur les dispositifs «carrières longues» inscrits dans les reformes 2003 et 2010.

FO qui, la première, a soulevé les disparités entre les trimestres cotisés et les trimestres validés, a obtenu, sous réserve de la lecture du projet de décret, des assouplissements sur les arrêts maternité et le chômage.

Pour FO, tout ce qui va dans le sens du retour à l’âge légal à 60 ans est positif, mais l’annonce gouvernementale est néanmoins insuffisante, notamment au regard du chômage de longue durée.

FO souligne par ailleurs le fait que derrière ce décret s’affrontent deux logiques: une logique individualiste basée sur la durée de cotisation qui pourrait déboucher sur une réforme systémique et une autre plus large que nous défendons sur la solidarité.

Pour FO, ce décret constitue l’amorce d’’un débat global sur les retraites qui sera conflictuel, FO revendiquant en effet un retour à la retraite à 60 ans pour tous ainsi que la réduction de la durée de cotisation.

COMMUNIQUÉ FO DATÉ DU JEUDI 7 JUIN 2012

Voir les commentaires

INFO : Var - des postiers refusent de distribuer des tracts…

8 Juin 2012, 08:36am

Publié par FOcom Poste 06

Var: des postiers refusent de distribuer les tracts de la candidate FN Geneviève Blanc dans la 8e circonscription.

Des postiers de Salernes et Barjols refusent de distribuer les tracts du Front National.

Des postiers de Salernes et de Barjols (Var) ont refusé de distribuer des documents de campagne de Geneviève Blanc, candidate du Front National dans la 8e circonscription du Var, malgré un contrat de distribution signé avec la Poste.

Pas d'enveloppe, pas de distribution

Les postiers ont justifié leur refus par le fait que les tracts n'étaient pas sous pli (une pratique courante depuis 2006, précise La Poste), avant, pour certains, de déclarer qu'ils se refusaient à distribuer des tracts politiques.

Le contrat porte sur un montant de près de 4.000 euros sur la distribution de 53 à 55.000 tracts. Selon la direction de La Poste, la quasi totalité des tracts a quand même été distribuée.

Le FN n'a pas porté plainte

Le FN n'a pas porté plainte, mais se réserve le droit de le faire, "pour non respect de contrat". "Nous demanderons alors le remboursement des frais de confection des documents, des dommages et intérêts et, si l'écart des voix est faible entre notre candidate et les autres, nous introduirons un recours en annulation de l'élection", a affirmé le directeur de campagne de la candidate concernée.

Les postiers concernés pourraient être sanctionnés, mais aucune décision n'a été prise à ce jour.

Par V.K (avec AFP)

Source : http://cote-d-azur.france3.fr/info/elections-2012/vardes-postiers-refusent-de-distribuer-des-tracts-74280364.html

Nb : Présenter un tract politique comme une banale publicité commerciale n’est pas très valorisant pour la politique en général… bon, d’autres partis sans militants le font, notamment l’UMP dans le Var... Mais en l’occurrence, c’est un contrat commercial et en tant que tel, il doit être honoré (à condition que le parti politique soit légal, et que le contenu de l'imprimé ne soit pas contraire à l'ordre public, aux bonnes mœurs et respectent les lois de notre pays…sic !) bien que La Poste en signant ce type de contrat a oublié qu’elle crée un risque (à cause de la connotation polémique évidente de l’action politique) pour ses employés susceptibles d’essuyer de possibles agressions verbales voire physiques… Le droit de retrait devrait donc pouvoir s’appliquer et seulement dans ce cas précis…

Voir les commentaires

INFO: La Poste encore condamnée pour abus de CDD...

8 Juin 2012, 07:41am

Publié par FOcom Poste 06

Après avoir passé cumulé plus de 250 CDD illégaux pendant 20 ans, une salariée de la Poste à Saint Malo a obtenu réparation devant les Prud'hommes. Son employeur est condamné à lui reverser 47 000 euros d'indemnités.

Une postière de Combourg vient de faire plier la Poste ! Pour lui avoir fait cumuler plus de 250 CDD illégaux sur une période de 20 ans, l'entreprise a été condamnée à lui verser 47 000 euros d'indemnités. Les Prud'hommes de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) ont établi jeudi que cette postière-guichetière de 45 ans avait bel et bien été employée de manière illégale et abusive.

Son CV en dit long : de 1985 à décembre 1996, la quadragénaire cumule 250 contrats. A partir de 1996, elle signe un CDI à temps partiel de 24 heures par semaine. Elle ne sera embauchée à temps complet qu'à partir de 2005. La Poste peut encore faire appel.

Visiblement coutumière des abus de CDD, l'entreprise publique a déjà été plusieurs fois condamnée par les Prud'hommes et indemnisé un paquet d'employés. L'année dernière, en février, une ancienne salariée de Gironde a touché 56 125 euros de dommages et intérêts pour avoir cumulé 250 CDD en 23 ans de carrière. En novembre 2010, les prud'hommes de Tulle (Corrèze) ont accordé 36 500 euros à un facteur, qui avait vingt-deux ans de CDD derrière lui. En 2008, une factrice de Cordes avait obtenu 66 000 euros de réparation après 230 CDD. Les prud'hommes d'Albi avaient aussi condamné la Poste pour deux salariés qui avaient enchaîné 247 et 574 CDD.

Source : LeParisien.fr  Publié le 07.06.2012

Nb:  Ça devient vraiment une habitude!!!

Voir les commentaires

Drames à La Poste, trois collègues attentent à leurs jours

5 Juin 2012, 23:06pm

Publié par FOcom Poste 06

Des réorganisations/restructurations à un rythme effréné. Une gestion des personnes, des organisations du travail et des carrières de plus en plus individualisée. Une course aux seuls résultats financiers par des objectifs (tout aussi individualisés) tout autant inatteignables qu’incompréhensibles.

Et le changement du statut de La Poste, de service public à société anonyme, qui aggrave et accélère ces processus.

Voilà les origines, les causes premières du malaise que connaissent les employés de La Poste se traduisant aussi par les gestes dramatiques de ces derniers mois. Et encore, la lumière n’a été mise que sur ceux de cadres supérieurs. Début avril, après de nombreux atermoiements, le président de La Poste a commencé à répondre aux exigences de toutes les organisations syndicales.

Il a notamment annoncé une pause des réorganisations/restructurations jusqu’au rendu des travaux de la commission du « grand dialogue », présidée par Jean Kaspar.

Il faudra attendre le milieu de l’automne, dans le meilleur des cas.

Pendant ce temps, la vie continue.

·                     Les facteurs subissent encore la sur-sécabilité parce que les emplois vacants ne sont pas comblés.

·                     Pour les mêmes raisons, les guichetiers changent en permanence de position, de travail, d’horaires. Ils font des heures supplémentaires pour combler le manque d’effectif. Les arrêts maladie se multiplient.

·                     Les objectifs pour les commerciaux (courrier et financiers) ne connaissent pas de pause, loin s’en faut !

·                     Les cadres, y compris les DE et DET, effectuent des tâches d’exécution (distributions, guichets…) pour suppléer aux absences et vacances d’emplois.

Pendant ce temps, d'autres collègues attentent à leurs jours (Normandie, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Bretagne…), parfois de façon définitive.

Nous sommes en droit de nous demander : à quoi sert la commission Kaspar ? À quoi sert de continuer d’y participer ? Ces questions sont posées...

Il faut que cela cesse et pour cela, FO communication avance ses exigences, de bon sens.

·                     combler immédiatement tous les emplois vacants et réinjecter du personnel,

·                     mettre un terme aux objectifs strictement financiers,

·                     revenir à des règles collectives et transparentes en matière de gestion et de salaire,

·                     revenir aux fondements du service public.

Source : http://www.miroirsocial.com/actualite/

 

Voir les commentaires

INFO : Agde - Des remous à La Poste perturbent la distribution du courrier

5 Juin 2012, 06:15am

Publié par FOcom Poste 06

La convocation d'une factrice par son chef d'équipe pour, selon le communiqué des syndicats publié dans notre édition du 27 mai dernier, "un court entretien qu'il devait assurer seul, et qui s'est révélé être une enquête disciplinaire menée par deux enquêteurs de la Direction", n'en finit plus d'avoir des répercussions sur la distribution du courrier à Agde.

Depuis dix jours en effet, une quinzaine d'agents usent de leur droit de retrait pour soutenir leur collègue. "Le droit de retrait n'est généralement utilisé qu'en cas de danger palpable, explique Christophe Cordier, pour la CGT. Lorsque nous avons trouvé notre collègue en pleurs, nous avons réagi pour la protéger en sortant dans la cour et en signifiant ce droit de retrait. Notre danger ne se voit pas, mais il est bien réel." Une inspectrice du travail est intervenue, "mais elle ne peut pas juger sans une enquête aboutie", ajoute le syndicaliste, qui reconnaît que les agents évoluent "sur un fil. Cette bataille peut-être lourde de conséquences." Et pour cause. Si ce droit de retrait était jugé recevable par les juridictions compétentes, la décision ferait jurisprudence.

De son côté, la direction doit faire face à une pénurie d'agents. Conséquence : depuis le début du conflit, dans certains quartiers de la ville, au Grau et au Cap notamment, mais aussi dans certaines rues du centre-ville, le courrier n'est plus distribué. "Tous les colis en souffrance ont été livrés, assurait hier Claude Calmes, directeur de plusieurs plateformes courrier. D'ici la fin de la semaine, sur l'ensemble des quartiers d'Agde, du courrier sera distribué. J'en profite pour rappeler aussi qu'au niveau de l'expédition du courrier, tout fonctionne normalement." Reste donc à régler au plus vite la sortie de crise. La direction assure "avoir consenti des avancées pour améliorer les conditions de travail, en organisant notamment des groupes d'écoute." Côté syndicat, on regrette que cette même direction "fasse deux pas en avant puis un autre en arrière."

OLIVIER RAYNAUD

Source : http://www.midilibre.fr/2012/06/05/

Nb : Les facteurs, notre vitrine ! Dixit la DG, ...mais qui vivent mal ce service qui se dégrade un peu plus chaque jour, maintenant assez ! Il faut espérer que cette relecture du droit de retrait fasse jurisprudence…

Voir les commentaires

LU POUR VOUS : Commission KASPAR - ISERE/SAVOIE « Il est temps que le mal-être des postiers soit reconnu »

4 Juin 2012, 08:23am

Publié par FOcom Poste 06

devant-la-commission-kaspar-l-intersyndicale-a-pu-exprimer-.jpg

Devant la commission Kaspar, l’intersyndicale a pu exprimer ses inquiétudes face à « la grave crise sanitaire qui touche La Poste ». Photo Le DL/Christophe AGOSTINIS

Même s’ils avouent, « comme la très grande majorité des agents, avoir perdu toute confiance dans les dirigeants de La Poste et leurs tentatives de crédibiliser une réflexion sur la souffrance au travail qui a explosé au cours de ces dernières années », une vingtaine de représentants syndicaux isérois et savoyards (CGT, CFDT, FO, Sud-PTT) ont participé ensemble hier matin à Grenoble à la commission Kaspar (lire en Repères). Dans l’espoir d’être écoutés à défaut, « parce qu’on ne se berce pas d’illusions », d’être entendus…

« J’ai la très désagréable sensation de me tirer une balle dans le pied et de favoriser la disparition de mon propre emploi »

Une commission devant laquelle l’intersyndicale a pu exprimer ses inquiétudes face à « une grave crise sanitaire qui se traduit par des arrêts de travail de plus en plus nombreux et un mal-être collectif ».

« Cela fait maintenant longtemps qu’on le dit : soumis à la fois à une intensification des tâches, à une réorganisation du travail et à une réduction massive d’emplois, de plus en plus d’individus craquent à la fois psychologiquement et physiquement », raconte Hervé Marchat, de la CGT, insistant sur « l’immense plan social masqué en vigueur depuis dix ans et qui a conduit au total à la suppression de 80 000 postes dans le cadre d’un vaste processus de privatisation ». Alors hier, ils ont tour à tour pris la parole pour raconter leur quotidien en Isère et en Savoie : « les tournées de courrier de plus en plus lourdes, le management du chiffre plutôt que le management de l’humain, le combat (un mois de grève et une semaine d’occupation devant la direction de La Poste) pour empêcher la suppression de quatre tournées à Echirolles, l’impression au Centre de tri de Sassenage d’être constamment sous surveillance “grâce” à des caméras placées un peu partout, les heures supplémentaires non payées, le choc de voir un directeur d’établissement évincé parce qu’il aurait été trop proche du personnel… ».

« On n’en peut plus, poursuit Catherine, qui déplore les contradictions avec lesquelles elle doit vivre. Au guichet, on me demande d’atteindre des objectifs commerciaux en oubliant que l’on assure d’abord une mission de service public. Et puis quand je dois inciter les clients à aller vers les automates, j’ai la très désagréable sensation de me tirer une balle dans le pied et de favoriser la disparition de mon propre emploi. Sans parler des procédures informatiques qui peuvent changer du jour au lendemain sans que l’on soit prévenu… Oui, tout cela génère beaucoup de stress. »

Il est temps, affirment les syndicats, que « le mal-être des postiers soit reconnu et que des actions soient mises en place afin de remettre l’humain au cœur des organisations et d’empêcher de nouveaux suicides ». En pleine campagne pour les législatives, François Marchive, de Sud-PTT, pointe aussi du doigt de « grands absents : l’Etat et les élus. On attend qu’ils s’engagent pour stopper la destruction massive d’emplois à La Poste ».

par Gwendoline BEZIAU le 01/06/2012 à 06:01 Vu 567 fois

Source : http://www.ledauphine.com/isere-sud/2012/05/31/il-est-temps-que-le-mal-etre-des-postiers-soit-reconnu

Voir les commentaires

Drames à La Poste : le dialogue et sa réalité au courrier

4 Juin 2012, 08:10am

Publié par FOcom Poste 06

Proclamer l’écoute et le dialogue à La Poste est louable ; à condition de pacifier la vie au travail par des mesures immédiates.

Il apparaît hélas que les échos du « Grand dialogue » et de la commission Kaspar parviennent mal jusqu’à certains établissements du courrier. Ainsi, en l’espace de 14 jours, deux postiers affectés au traitement du courrier ont tenté de mettre fin à leurs jours en se tailladant les veines sur leur lieu de travail.

A Saint-Lô le 18 mai, à Marseille le 1er juin, des collègues ont eu ce geste désespéré parce qu’ils ne supportaient plus ni leurs conditions de travail, ni certains comportements de la hiérarchie.

La Fédération Force Ouvrière de la communication exige qu’au-delà de la phraséologie, des actions conservatoires soient enfin prises pour que ces drames cessent ; que les enquêtes soient diligentées et non différées ; que les responsabilités soient établies avec toutes les conséquences afférentes.

Paris, le 1er juin 2012

Le Secrétaire général

Jacques DUMANS

Voir les commentaires

INFO : Tentative de suicide d’une postière ce matin au centre courrier de Marseille les docks.

3 Juin 2012, 08:19am

Publié par FOcom Poste 06

Marseille, le 1er Juin 2012.

Tentative de suicide ce matin à la Plate-forme Courrier des Docks.

Ce matin, à 7h, une postière a tenté de mettre fin à ses jours sur son lieu de travail, la Plate-forme de Préparation et de Distribution du Courrier (PPDC) des Docks, situé à Arenc. En arrêt pour dépression depuis 2 mois suite à des difficultés professionnelles notamment liées aux pressions de son encadrement, cet agent reprenait le travail ce matin, à 4h30. Elle s’est ouvert les veines et a tenté de sauter du premier étage. C’est la présence toute proche de quelques collègues qui a permit d’éviter le pire. (…)

Cette nouvelle tragédie doit être la dernière !!

Source : http://www.millebabords.org/

Malheureusement il est arrivé ce que tout le monde craignait, 2 tentatives de suicides en 14 jours à la poste.
La 1ère à St. Lo et la 2ème aujourd'hui à Marseille. Les collègues sont sous le choc, la direction ne souhaite pas recevoir les organisations syndicales avant mardi.... Et cela s'appelle le « grand dialogue », il me semble que pour dialoguer il faut être 2. Les directions sont régulièrement averties des problèmes mais elles ne font rien. Aujourd'hui la conséquence est là. Une collègue au bout du rouleau qui se taille les veines et tente de sauter par la fenêtre. Mais que fait La Poste?!

Commentaire FOCOM 13

 

Voir les commentaires

Un effort de mémoire : La privatisation de La Poste - L’exemple à ne pas suivre…

3 Juin 2012, 08:02am

Publié par FOcom Poste 06

Le service public, tel que l’esprit républicain l’a défini, repose sur trois piliers :

- l’accès aux services pour tous les citoyens sans distinctions sociales ou géographiques,

- la péréquation tarifaire (consistant à équilibrer le financement d’un secteur déficitaire par un secteur rentable) qui garantit le principe précédent,

- le monopole qui rend hors marché les Services Publics.

Par la loi du 2 juillet 1990, la Poste sort de ce cadre. L’ouverture au capital en est donc la dernière phase de sa privatisation. Par cette loi, première étape, les PTT ont été scindés en deux entreprises : la Poste et France Télécom. Elles sont donc devenues deux établissements publics industriels et commerciaux (EPIC).

Les néolibéraux qui ont érigé en dogme l’idéologie de la concurrence, la partie la plus boboisante du PS [appuyée sur la CFDT et la CFTC] ont participé d’une manière très active à ce bouleversement.

Avant le vote de cette loi, les syndicats [FO et CGT en tête] ont engagé la lutte, mais devant le travail de sape des médias et des cadres, tout acquis à ce qu’ils appelaient « la modernité » n’ont pas réussi à faire basculer la tendance. Ils ont été mal compris des usagers (devenus des clients) et des agents auxquels les dirigeants ont fait miroiter une carrière sans précédent.

Les tenants de l’égalité républicaine (syndicalistes, politiques de gauche, membres d’associations) qui ont vu, dans cette loi et la réforme qui s’en est suivie, UNE BRECHE OUVERTE A TOUS LES ABUS, ont été frappés d’ostracisme, ringardisés.

La Poste aujourd’hui s’appelle « Le Groupe La Poste ». Elle est divisée en quatre entreprises bien distinctes les unes des autres interdisant toute interpénétration:

- le courrier (distribution – acheminement),

- les colis (dont une grande partie a été filialisée puisque hors monopole),

- le réseau grand public (guichets),

- la Banque postale (CCP et autres produits financiers).

Ce démantèlement appelé pompeusement « réforme ambitieuse » a des conséquences désastreuses pour les agents et les usagers. Il constitue la négation même du service public.

Le déroulement des carrières devient incertain, puisqu’il n’y a plus de recrutement de fonctionnaires depuis 1995.Plus de promotion interne; Les cadres et cadres supérieurs sont cooptés dans le privé. Les CDD et intérimaires représentent plus du tiers des employés. Les suppressions de quartiers de distribution se traduisent par le passage tardif des facteurs, dans le meilleur des cas, et très souvent (faute de volant de remplacement) par l’absence de distribution. Dans les centres de tri, le courrier de première catégorie est délaissé au profit de la publicité ; de là découlent donc des délais d’acheminement trop importants. Les colis filialisés sont sous-traités par de petites entreprises non professionnelles, ce qui entraîne un grave disfonctionnement de la confidentialité et de la sécurité. En conséquence le nombre de réclamations est en progression constante (ce fait est minimisé voir même nié par les responsables). Les files d’attente aux guichets sont légion. Quant à la Banque postale, par le fait de sa création, la poste perd son rôle social.

Si l’ouverture au capital de la Poste ne suscite aucune réaction, la situation va s’aggraver ; la main d’œuvre étant la variante d’ajustement qui permet d’affronter la concurrence à moindre coût, à brève échéance, il y aura une suppression massive d’emplois. Partout où la rentabilité sera absente, la présence postale disparaîtra. La dictature de l’actionnaire déshumanisera le service public postal.

Bien sûr, il faut un débat avec l’ensemble des citoyens et des acteurs sociaux qui forment le maillage de solidarité de notre démocratie. Mais ce débat doit porter sur tous les services publics… Dissocier les services publics les uns des autres est une aberration. Tout comme leur but et leur base de fonctionnement, leur mode de substitution par la grande finance est identique : utilisation de moyens fallacieux, d’arguments spécieux, culpabilisation des salariés, retranchement derrière le masque du modernisme, lente mise en œuvre du processus de démantèlement (pour la Poste, du vote de la loi au démantèlement effectif près de dix ans) afin qu’il échappe à toute conscience, à toute réaction, à toute révolte.

C’est ainsi que les choix économiques désastreux imposés par le néolibéralisme, basés sur la marchandisation des biens communs de l’humanité, entraînent des inégalités croissantes parmi les populations tant au niveau mondial qu’à l’échelle du pays. Le désengagement des politiques livre les services publics [base de notre société républicaine] aux requins de la finance et bloque ainsi l’accès aux droits les plus élémentaires pour un grand nombre d’entre nous ; les services publics sont les seuls outils qui permettent de réduire les inégalités. S’il existe des secteurs où l’état ne doit jouer aucun rôle, il y en a, en revanche, où le privé ne doit pas mettre le petit doigt : ce sont les services publics...

Il ne peut y avoir de services publics sans monopole d’état. Celui-ci passe par une redistribution des richesses, par un impôt juste et une économie keynésienne.

Il faut arrêter avec la philosophie teintée « dans le meilleur des cas » de naïveté, mais le plus souvent d’hypocrisie, consistant à dire qu’il est possible de déléguer à une entreprise une mission de services publics (Le devoir d’une entreprise est de faire des bénéfices, comme le devoir d’une nation est de garantir l’égalité des droits aux citoyens) à la moindre difficulté structurelle ou conjoncturelle, l’entreprise « escamote » systématiquement la mission de service public. Les exemples de la Poste et de France Télécom en sont l’illustration.

Les services publics découlent de notre histoire, (…) mis en pratique par les luttes ouvrières et le conseil national de la résistance.

Abandonner les services publics, c’est renier notre histoire, faîte d’humanisme et de solidarité républicaine, c’est laisser aux générations futures une vie où tout est « marchandise » où tout est « marchandage», une vie où les inégalités se creuseront et  créeront encore plus de pauvreté et de détresse (régression de l’accès aux soins, à l’instruction ou simplement à une vie digne et épanouie), en laissant le plus souvent la place à la charité publique et à celle communautariste des religions.

Il n’est pas trop tard, utilisons le contre exemple de la Poste, battons nous pour maintenir et améliorer nos services publics. De notre détermination dépend l’héritage social que nous laisserons aux générations futures...

ALAIN FUENTES

Voir les commentaires

Lu pour vous : Soixante-quatre jours de grève à La Poste 92

2 Juin 2012, 07:58am

Publié par FOcom Poste 06

La récente vague de suicides à La Poste a poussé le PDG Jean-Paul Bailly à annoncer dans la presse un « grand dialogue » concernant les restructurations. Même si elles ont été beaucoup moins médiatisées, une série de grèves localisées contre ces restructurations (Sarthe, Alpes-Maritimes, Loire, Martinique...) ont également constitué un élément de pression sur la direction de l’entreprise. L’une de ces grèves avait débuté dès la mi-janvier, bien avant le début de la polémique sur la souffrance au travail à La Poste.

Le 16 janvier, la direction de La Poste met en place une restructuration de la distribution du courrier à Nanterre : 4 tournées de facteurs (qui équivalent à six emplois) sur 52 sont supprimées. Tout le monde anticipe un conflit, mais personne ne s’attendait à une épreuve de force de 64 jours.(…)

Pour lire la suite, cliquez sur le lien : Soixante-quatre jours de grève à La Poste 92

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>