Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
FOcom Poste 06

INFO : La Poste confirme son objectif de marge mais prudence pour 2012

30 Août 2012, 16:55pm

Publié par FOcom Poste 06

Poste a confirmé jeudi son objectif de marge annuel, tout en relevant "un certain nombre d'incertitudes" sur le second semestre 2012 liées à la conjoncture économique.

Le groupe public postal a dit tabler sur une marge d'exploitation récurrente comprise entre 3% et 4% cette année.

"La performance du groupe restera sensible à l'évolution des volumes du courrier ainsi qu'aux conditions de marché", a néanmoins prévenu le groupe dans un communiqué.

Au premier semestre, le résultat d'exploitation de la Poste s'est élevé à 632 millions d'euros, en hausse de 26%, mais est resté affecté par l'exposition du groupe à la Grèce.

La société a enregistré des provisions de 30 millions d'euros à fin juin sur ses titres grecs, contre 158 millions un an auparavant. Hors ces provisions, le résultat d'exploitation est stable à 662 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires consolidé du groupe est resté quasi-stable, à 10,9 milliards d'euros (+0,1% à périmètre et changes constants).

Dans l'activité courrier, les revenus ont baissé de 1,9% sur un an, la baisse des volumes atteignant 5,8%, "liée notamment aux effets d'une conjoncture défavorable".

Le produit net bancaire (équivalent du chiffre d'affaires) des activités de banques du groupe est ressorti stable à 2,7 milliards d'euros, "dans un contexte marqué par le faible niveau des taux d'intérêt et par la volatilité des marchés financiers".

"Les nouvelles activités d'assurance santé et de financement des personnes morales, lancées fin 2011, sont toujours en cours de déploiement", précise la Poste, qui souhaite "à terme (...) proposer une gamme complète de financement pour l'ensemble du secteur public local et de l'économie social".

La Banque Postale doit reprendre, avec la Caisse des dépôts (CDC), les activités de financement public de la banque franco-belge Dexia en cours de démantèlement.

Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/  Créé le 30-08-2012

Nb : Donc stabilité, malgré des chiffres du courrier sur un an au lieu de porter sur le premier semestre…

 

Voir les commentaires

INFO : Nicolas Routier - "Le courrier est à la fois un média de masse et le média de chacun"

30 Août 2012, 16:52pm

Publié par FOcom Poste 06

Comment se porte le marché du courrier publicitaire ?

Pour la première fois, en 2011, l’Institut de recherches et d'études publicitaires (IREP) a mesuré le poids du média courrier dans les dépenses de communication des annonceurs. Dans un marché global en hausse de 0,3 %, le média courrier progresse de 0,8 % ; son chiffre d’affaires franchit le cap les deux milliards d’euros. L’imprimé publicitaire augmente de 4,1 %, tandis que le courrier adressé baisse de 0,6 %. Cela dans un contexte de relative stabilité, puisqu’en 2011, les dépenses de communication des annonceurs ont progressé de 1,9 % (contre + 3,4 % en 2010), pour atteindre 31,4 milliards d’euros. En 2012, la place de l’imprimé publicitaire devrait se confirmer, car les chiffres actuels sont encourageants. Ces faits démentent donc une nouvelle fois l’idée reçue d’une désaffection pour le courrier, annoncée ici et là. Mieux, ils confirment la place du courrier papier comme média à part entière.

Mais ces chiffres confirment aussi sa place de véritable concurrent…

Certes, les médias sont concurrents entre eux, mais ils sont aussi, et peut-être surtout, complémentaires, ce que traduit la réalité de la consommation des annonceurs, qui est résolument multimédia. Les campagnes monomédia, c’est terminé !

Quel rôle peut tenir le courrier papier dans cette communication multimédia ?

Le papier est le support naturel des idées, et chacun sait combien il garantit la mémorisation des messages. Dans un système articulé entre les différents médias, il joue donc un rôle majeur pour garantir le lien entre la marque et le consommateur. Il y a trois ans, tout le monde, ou presque, pensait que la percée du Web signifiait la disparition certaine du papier. Or, ce n’est pas ce qui s’est passé, au contraire, car il est impossible de présenter certains services ou produits dans un spot radio ou TV de quelques dizaines de secondes. Le courrier papier s’avère ainsi très complémentaire quand il s’agit d’expliquer, de détailler et d’informer sur un produit onéreux ou un service complexe : une voiture ou la rénovation d’une maison, par exemple. Cette complémentarité est particulièrement pertinente et fructueuse avec le média digital. Nous savons que l’efficacité d’une campagne est cinq à huit fois supérieure quand elle inclut un courrier. Le digital revitalise le papier ; le flashcode n’est que le début de la connexion entre le papier et le web.

Votre groupe fait partie du GIE Balmétrie, créé, notamment, pour mesurer l’audience du média courrier. Où en sont ses travaux ?

Ce GIE a été créé parce qu’il était tout de même paradoxal de ne pas disposer d’une mesure d’audience pour ce média – où tout se mesure et où tout se compte. Le GIE a validé la méthodologie et a fait réaliser une enquête pilote. Celle-ci montre que 98 % des Français sont au contact du média courrier au cours de la semaine, que près de 60 % d’entre eux lisent en moyenne un courrier par jour, et que plus de 50 % le regardent ou le lisent attentivement. En outre, un courrier sur deux lu quotidiennement est un imprimé publicitaire. La prochaine étape des travaux du GIE sera la publication des résultats complets de l’audience du média courrier, en mars 2013.

Le média courrier lui-même peut-il encore évoluer ?

Oui, et d’ailleurs nous avons conçu trois offres qui témoignent de sa capacité d’innovation. La première, Affideo, permet de personnaliser le courrier relationnel, comme les factures par exemple. La deuxième offre, c’est le courrier connecté : le média courrier intègre alors un flashcode qui renvoie sur le digital. La troisième solution est le Win’Up, une nouvelle technologie que nous avons acquise aux États-Unis pour la France. Il s’agit de petits stickers qui se collent sur l’enveloppe et qui se déplient en un éventail de coupons de réduction, par exemple. Cette offre d’asilage couponing sur l’enveloppe destinée aux grands facturiers et aux campagnes de grande ampleur sera proposée très prochainement.

Finalement, le média courrier ne possède pas que des qualités intrinsèques…

Oui, mais il ne faut pas occulter ces qualités-là car elles en font un média premium. Le média courrier est non intrusif, tactile, émotionnel. C’est un média à vie longue et c’est aussi celui du foyer. Les plus jeunes, qui sont pourtant digital natives, le considèrent comme un signe de reconnaissance. Enfin, c’est à la fois un média de masse et le média de chacun. Le courrier peut toucher tout le monde, mais aussi être très ciblé en fonction des individus. Cette spécificité colle parfaitement à la double attente des marques, qui cherchent la sélectivité sans renoncer à la puissance.

Dominique FÈVRE

Source : http://www.e-marketing.fr/Breves/ Publié le 27 août 2012

Nb : NO COMMENT !... Mais à lire!

Voir les commentaires

INFO : La Banque Postale ne veut pas, à ce stade, voler au secours du Crédit Immobilier de France

30 Août 2012, 16:43pm

Publié par FOcom Poste 06

Devant le conseil d'administration de La Poste, Philippe Wahl, le président du directoire de la banque, a dit que les conditions n'étaient pas aujourd'hui réunies pour secourir le CIF. Le dossier reste néanmoins ouvert.

Le conseil d'administration de La Poste, Philippe Wahl, le président du directoire de La Banque Postale, a redit son opposition au sauvetage du Crédit Immobilier de France, le dernier spécialiste indépendant du crédit à l'habitat en difficultés, qui gère plus de 30 milliards d'euros de créances immobilières. « Pour l'instant, les conditions ne sont pas réunies », a-t-il déclaré ce matin, selon nos informations. Des propos qu'il devrait réitérer cet après-midi devant les salariés de La Banque Postale. Pour autant les discussions ne sont pas closes. Du côté de La Banque Postale, on indique simplement qu'aucune proposition n'a été faite à ce stade et que le groupe poursuit son examen.

La Banque Postale n'a plus vraiment d'intérêt pour le dossier aujourd'hui. D'abord, l'outil de refinancement du CIF a perdu sa crédibilité sur les marchés. Depuis la mi-2011 déjà, il empruntait à des taux très élevés sur des durées courtes, et il ne peut plus émettre aujourd'hui. Ensuite, les encours sont constitués en majorité de taux variables, pour des montants dépassant la valeur du bien acheté. Une configuration à risque en cas de crise de l'immobilier. Enfin, le Crédit Immobilier de France est englué dans le dossier Apollonia, cette escroquerie présumée sur des investissements défiscalisants (plus de 340 millions d'euros d'encours, douteux en quasi totalité) dont l'issue est encore loin d'être connue.

Surtout, La Banque Postale a d'autres préoccupations : elle doit sortir du très complexe dossier Dexia, boucler sa co-entreprise avec la Caisse des dépôts pour financer les collectivités locales, et souhaite mener son projet d'acquisition de la Banque Privée Européenne auprès du Crédit Mutuel Arkea.

Arrivée à échéance d'obligations

Depuis la mise à jour des problèmes de liquidité du CIF en début d'année, Bercy tente de forcer la main à La Banque Postale. Mais après avoir accepté d'étudier le dossier au printemps, Philippe Wahl a dit fin juillet qu'il repoussait de six à dix semaines sa décision sur le dossier. Cela, tout en sachant que le CIF ne peut plus se refinancer et épuise mois après mois ses réserves de liquidités. Le 11 octobre prochain, date de l'arrivée à échéance de 1,75 milliard d'euros de « covered bonds », il n'aura certainement plus les moyens de rembourser ses emprunteurs obligataires et devra faire appel à la Banque de France. Ses difficultés se sont encore accentuées mardi dernier, après une nouvelle dégradation de note enclenchée par Moody's faute pour l'heure de solution pérenne.

A la publication de ses comptes semestriels ce matin, La Banque Postale a montré en outre qu'elle savait très bien faire seule du crédit immobilier. Ses encours ont progressé de plus de 8 % sur le semestre. L'Etat aurait peu intérêt à altérer sa santé financière. Elle a publié un produit net bancaire de 2,66 milliards d'euros, stable par rapport au premier semestre 2011, pour un résultat d'exploitation en progression de 102 millions d'euros à 348 millions.

Écrit par Anne DRIF Journaliste

Source : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/ Publié le 30 août 2012

Nb : L’état est obligé de voler au secours du CIF, et ce léger recul dans la décision de La Poste n’augure en fait rien de bon dans l’avenir pour la banque postale…

Voir les commentaires

INFO: La Poste a-t-elle démissionné dans les zones urbaines sensibles?

28 Août 2012, 15:52pm

Publié par FOcom Poste 06

A Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines, les habitants d’un quartier classé en zone urbaine sensible ne reçoivent plus leurs colis. Trop d’incivilités, se justifie la Poste, démissionnaire.

C’est l’histoire de colis que la Poste estime piégés et refuse de livrer… Des colis, justement, Achraf Bakhat en a attendu beaucoup chez lui depuis quatre mois, en vain. Cet ancien habitant du Chesnay, qui vient d’emménager à Carrières-sous-Poissy (16 000 habitants) dans une HLM du quartier Saint-Louis classé zone urbaine sensible (ZUS), voit les avis de passages se multiplier dans sa boîte aux lettres, alors que sa compagne, jeune maman au foyer, n’entend jamais sonner le facteur.

Ce dernier leur a appris que la Poste ne livrait plus de colis dans le quartier en raison d’incivilités et de vols de scooters. Achraf s’en plaint à la direction du centre de tri de Chanteloup-les-Vignes qui lui répond par écrit le 5 juillet “qu’aucun objet n’est distribué à (son) adresse, comme à aucune autre adresse faisant partie d’une zone urbaine sensible”. Outré, il en avise le maire, Eddie Aït (Parti radical de gauche), qui s’indigne, dans un courrier, “d’une évidente rupture de l’égalité des citoyens devant les services publics”. “Peut-être ont-ils cru qu’en ZUS ça gueulerait moins ?”, se demande-t-il. Pour avoir des explications, il a écrit à Jean-Paul Bailly, le pdg du groupe la Poste.

Une politique officieuse de La Poste ?

Au-delà du cas de Carrières-sous-Poissy, cet épisode révèle-t-il une politique officieuse ? La Poste a-t-elle démissionné en ZUS ? L’institution se défend et estime “mal formulée” la réponse du centre de tri. Concernant les soupçons de directive orale “d’aviser d’office” en ZUS, le chargé de communication de la Poste Ile-de-France commente : “Ça me paraît bizarre. Parfois c’est tout simplement le facteur qui le fait de sa propre initiative…”

(…) Pour le sous-préfet Philippe Courtois, il y a urgence à “stopper l’effet d’entraînement, de psychose”. Celui-ci a demandé à la Poste de ne pas rompre son service universel, dont il est le garant – même pour d’éventuelles questions de sécurité (dont il est aussi le garant), et rappelle qu’”il n’y a pas de problématique d’agression de facteurs à Saint-Louis”. Dans le quartier, il n’y aurait que des problèmes de boîtes verrouillées, d’absence de nom ou d’accès. Saint-Louis, 5 000 habitants, mix de HLM et de pavillons, est un quartier comme il y en a beaucoup – la verdure en plus. Les habitants font leurs courses au Leclerc. Les enfants privés de vacances jouent à Carrières Plage.

L’épisode tombe en tout cas bien mal. Un plan de rénovation urbaine doit transformer la ville en rassemblant l’aile gauche (Saint-Louis) et l’aile droite coupées en deux par la départementale. Le plan prévoit, entre autres, la construction d’environ 3 000 logements neufs. Ils sont en vente depuis le 18 juin. Pour rassurer les acheteurs potentiels, le maire insiste : “L’insécurité a baissé de 24 % en quatre ans, j’ai fait installer la vidéosurveillance, créé une police municipale.” “Dès lundi, partout où cela sera possible, les recommandés seront remis en main propre”, promet-on à la Poste. “Pour les colis, cela prendra un peu plus de temps…”

Source : http://www.lesinrocks.com/2012/08/25/actualite/

NB : Par rapport aux livraisons, La Poste ne serait pas seule à agir ainsi, certaines enseignes refusent de livrer dans des ZUS (Pas de marques citées) et que certains le font avec des camions sans couleurs pour éviter toutes agressions…

En ce qui concerne La Poste, elle ne ferme pas les bureaux en ZUS car… il y a des subventions à la clef.

Et pour clore le sujet, il n’y a pas que les habitants de certains quartiers de ZUS qui ont des problèmes avec la poste. Il suffit pour s’en rendre compte de regarder la presse quotidienne locale ou de faire des recherches internet…

Voir les commentaires

Mal-être au travail à La Poste : la confiance au cœur du débat

28 Août 2012, 09:25am

Publié par FOcom Poste 06

La commission Kaspar s’est réunie pour la 5ème fois le 2 juillet dernier. À l’ordre du jour : l’audition de Yann Algan sur le thème de la confiance et présentation par Jean Kaspar d’un projet de plan pour son rapport.

En guise de préambule, Jean Kaspar est revenu sur la portée émotionnelle de son déplacement à Rennes et à Vannes compte tenu des événements survenus. Il a indiqué que ces deux rencontres ont mis plusieurs messages en avant...

Si La Poste doit s’adapter pour tenir compte du contexte économique et pour répondre à l’attente de ses clients, cette adaptation doit se faire en prenant en compte les attentes du personnel. La Poste ne doit pas seulement être exemplaire dans sa capacité à mettre en œuvre les changements mais elle doit l’être également dans sa capacité de mettre l’humain au cœur de sa stratégie (…)

Pour lire la suite, cliquez sur le lien : http://www.miroirsocial.com/actualite/mal-etre-au-travail-a-la-poste-la-confiance-au-c-ur-du-debat

Publié le 28/08/2012

Voir les commentaires

La Poste : Défendre les directions transversales, c'est défendre une Poste unie et indivisible

25 Août 2012, 08:38am

Publié par FOcom Poste 06

Depuis 10 ans, la « métiérisation » (séparation de l'entreprise en 4 entités autonomes correspondant aux 4 métiers différents de l'exploitant historique) est l'un des piliers de la stratégie de la Poste.

Le but recherché était de transformer La Poste en holding à laquelle seraient rattachées des sociétés anonymes. Ainsi restructurée, La Poste se trouvait plus facilement privatisable « par appartements ». Cette réorganisation permettait de valoriser ce qui était rentable et de se défaire progressivement de ce qui ne l’était pas, comme les entités dédiées aux missions de services publics.

La crise de 2008 a partiellement fait échouer cette stratégie : le capital de La Poste n’a pas pu être ouvert aux marchés financiers. Pour préparer ce plan, conforme à l’idéologie ultralibérale de Bruxelles et relayée par nos gouvernants, il fallait compartimenter La Poste en plusieurs métiers, première étape du processus.

Les directions à compétence nationale (DCN) ont été à la fois le cœur et les principales victimes de ce dispositif. La Poste ne voulait plus de ces services spécialisés ayant pour mission d’assurer toutes les activités transverses (informatique, maintenance, logistique, paie, RH, comptabilité…). Il fallait tuer tout ce qui était transverse pour le faire rentrer dans un métier.

Les DCN ont donc été saucissonnées. Les pertes de compétences ont été énormes… Par exemple, plus personne à La Poste ne possède une maîtrise globale de l’informatique, chaque métier ayant choisi son système d’information qu’il sous-traite en grande partie à l’extérieur.

Vingt mille postiers sont concernés par cette désorganisation. Suppression d’emplois, mutations, externalisation etc. sont le lot quotidien des DCN. Le service rendu s’est gravement dégradé. La gestion de l’immobilier est l'un des exemples emblématiques de cette politique désastreuse.

Le coût de la « métiérisation » a été estimé à 300 millions d’euros par l’ancien directeur financier de La Poste.

Énorme gâchis !

Quant aux collègues, ils subissent de plein fouet le stress dû à ces réorganisations incessantes. Ils doivent faire face aux surcharges de travail, aux reclassements, à l’absence de passerelles inter-métiers, aux propositions de postes sans lien avec leur fonction d’origine, aux missions ou stages de découverte sans perspective de poste pérenne et, comble de l’humiliation, l’obligation parfois de repostuler sur leur propre poste.

FO s’est toujours battue auprès des postiers travaillant dans ces entités très spécialisées et donc très isolées. Dès la mise en place du projet PFT (performance des fonctions transverses), FO n’a cessé de défendre ces services qui constituent le lien et le liant d’une poste unie et indivisible. Les bons résultats de FO aux dernières élections professionnelles dans les DCN ont démontré que les agents n’avaient pas baissé les bras et qu’ils répondaient présents quand on les défendait.

Au sein du secteur Poste, l’équipe des DCN a su relever le défi d’améliorer la représentativité du syndicalisme libre et indépendant dans ces services, souvent très isolés dans le monde postal. La mise en place de réseaux de militants dédiés pour chaque DCN a permis d’être au plus près des besoins et des attentes des agents.

Notre syndicat continuera son combat pour le maintien de l’unité de La Poste et de règles RH communes à tous les postiers.

L’arrêt des réorganisations, des suppressions d’emplois et des reclassements au rabais, l’amélioration des conditions de travail, la reconnaissance des compétences, l’arrêt de l’externalisation d’activités sont nos priorités.

Tuer ou externaliser les DCN, c’est tuer la Poste !

Dernière heure :

La DAPO (direction des approvisionnements) est menacée de filialisation vers le groupe Néolog.

FO se battra pour que ce grand service logistique, qui a accompagné la modernisation de la Poste, reste au sein de la maison mère.

Source : FOCOM & MiroirSocial

Voir les commentaires

Enseigne : Expérimentation ESC-I ...

24 Août 2012, 14:09pm

Publié par FOcom Poste 06

Alerte !

Pourvu d'un 'i' pour innovation, cette nouvelle expérimentation reste pourtant très prévisible dans son objectif.

ESC se caractérisait par la diminution des guichets bancaires et la consécration de l'externalisation...

► ESCI, c'est l'aboutissement du concept, à savoir, la disparition des guichets bancaires et, en conséquence, des positions assises !

Expérimentée à St Etienne (42), ce projet devra être suivi de très, très près et l'Enseigne maitrisée" dans ses élans... réformateurs

Source : FOCOM 38

Voir les commentaires

Enseigne : Certifications, "visites qualité" et... paranoïa !

24 Août 2012, 14:07pm

Publié par FOcom Poste 06

Avoir le souci de la qualité de l'accueil, de l'attente, c'est bien.

Mais de là à devenir complètement parano à cause des visiteurs « mystère », il y a une marge...

Du DET qui est "objectivé" sur ces visites au guichetier qui guette en permanence la possible arrivée du visiteur, tout le monde stresse !

Revenons sur terre ! Des clients, des vrais viennent tous les jours, c'est eux qui comptent, non ?!

Alors, laissez les guichetiers travailler!

Vous louez leur compétence et leur professionnalisme ? Alors faites leur un peu confiance !

Article de FOCOM 38

Voir les commentaires

Rentrée: Une nouvelle stratégie s’impose à La Poste...

24 Août 2012, 13:44pm

Publié par FOcom Poste 06

La rentrée approche. Elle sera cruciale pour La Poste : la commission Kaspar achève ses travaux (cf. les comptes rendus sur le site internet de FO COM) et le Gouvernement, conscient du mal-être général, a décidé de prendre les choses en mains. ….  [Télécharger]

nouvelle_strategie.jpg

Voir les commentaires

Restauration : La Gamelle pour les facteurs ?

24 Août 2012, 13:29pm

Publié par FOcom Poste 06

Avec sa politique de réorganisations, de plus en plus de facteurs voient leurs prises de service retardées ou leurs horaires se rapprocher d’un mixte, conduisant à une fin de service au-delà de 13h45. [Télécharger]

restauration_rouge.jpg

Voir les commentaires

1 2 3 > >>