Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
FOcom Poste 06

Enseigne – Force de vente : LES 5 PILIERS MENACÉS DE RUINES SI…

29 Juillet 2013, 16:27pm

Publié par FOcom Poste 06

Au départ, un projet national présenté en CDSP à l’Enseigne, où le bon esprit et les bonnes manières sont de mise… Mais à l’arrivée, par endroit, sur le terrain, c’est la foire d’empoigne et la course au moins-disant parmi les directeurs de NOD… bref, le massacre.[Télécharger]

Documents de travail à télécharger si besoin, la CDSP de déploiement des 5 piliers [Télécharger]
et le questionnaire COBAS [Télécharger], utilisés lors des rencontres individuelles DET/COBA

Voir les commentaires

Rejoignez nous!

29 Juillet 2013, 16:20pm

Publié par FOcom Poste 06

Voir les commentaires

INFO : Un banquier pour sauver La Poste…

29 Juillet 2013, 16:16pm

Publié par FOcom Poste 06

Le patron de la Banque postale, Philippe Wahl, devrait devenir PDG de La Poste. Il devra développer les métiers bancaires et traiter la question des effectifs.

Les postiers auront bientôt un banquier comme patron. Jeudi, le conseil d'administration de La Poste doit choisir le successeur de Jean-Paul Bailly, en poste depuis 2002. Quatre ou cinq candidats ont été sélectionnés, dont une femme comme l'avait exigé le ministre de l'Économie Pierre Moscovici. Selon plusieurs sources, la bataille pour la direction se joue entre Philippe Wahl, actuel patron de la Banque postale, et Bruno Mettling, le directeur des ressources humaines d'Orange. Les deux hommes se connaissent bien. Ils étaient conseillers ministériels dans le gouvernement Rocard et ont aussi travaillé ensemble aux Caisses d'Épargne au début des années 2000. Le premier comme directeur général, le second, déjà, comme DRH. Le duo de l'époque fait aujourd'hui place à un duel de banquiers. Bruno Mettling compte à son actif d'avoir apaisé le climat social chez France Télécom après la vague de suicides. Il a aussi étalé sur cinq ans 30.000 départs à la retraite pour éviter des suppressions d'effectifs, notamment après l'arrivée de Free.

Mais Philippe Wahl, président de la filiale bancaire de La Poste depuis 2011, fait figure de grand favori. Jean-Paul Bailly l'avait déjà choisi en vue de lui succéder. Il présente l'avantage de constituer un choix interne et il incarne une continuité rassurante dans une entreprise que l'État ne veut pas bousculer. Proche de Pierre Moscovici - qu'il appelle par son prénom - il l'est aussi de Jean-Pierre Jouyet, le directeur général de la Caisse des dépôts, l'autre grand actionnaire de La Poste au côté de l'État. "Il est favori depuis le jour où Bailly a démissionné, confirme une source gouvernementale. Et il a participé à l'élaboration du plan stratégique." La position d'Arnaud Montebourg, qui prend part au choix final, demeure la seule interrogation. "Il n'a pas d'opposition de principe à Philippe Wahl", tranche-t-on à Bercy alors que ses relations avec Jean-Paul Bailly étaient tendues. Présenté comme l'un des candidats par Le Figaro daté d'hier, Jean-François Carenco, ancien directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo, ne ferait pas partie de la liste des candidats.

Le tabou des sureffectifs

Le principal atout de Wahl est d'avoir dirigé la Banque postale, amenée à devenir le vaisseau amiral de La Poste. Le métier historique du courrier a vu son chiffre d'affaires plonger de 6% en 2012 et menace l'équilibre du groupe. Pour compenser, la direction et ses actionnaires misent sur le développement de la banque. Seul hic, ses revenus doivent augmenter de 6 % par an jusqu'en 2018 pour combler les pertes du courrier. Dans le contexte actuel de crise, cet objectif reste très ambitieux. "Le marché bancaire français est saturé, explique un concurrent. Une telle croissance est impossible." Pour conserver l'équilibre de la branche courrier, ses charges devront diminuer d'environ 5% par an, soit 20% à 30% sur cinq ans. La masse salariale pesant pour plus de la moitié des coûts, difficile d'éviter de toucher aux emplois (270.000 salariés au total dans le groupe). "C'est tabou mais les réductions de postes sont obligatoires, s'agace un bon connaisseur du groupe. Il y a des sureffectifs terribles à La Poste." Une perspective que personne n'ose aborder alors que plusieurs postiers se sont suicidés depuis deux ans. Le futur patron devra étaler les départs dans le temps pour ne pas aggraver le climat social. Le chemin est étroit. La grande vague de départs en retraite n'interviendra qu'en 2017 alors que l'objectif fixé par l'État est d'enrayer la baisse des profits dès 2015.

Source : http://www.lejdd.fr/Economie/Entreprises/Actualite/ Publié le 27/07/2013

Nb : Sureffectifs terribles, croissance impossible, décisions désagréables à court terme au lieu d’attendre la baisse réelle du trafic courrier et les départs naturels… de qui se moque-t-on ?!

Voir les commentaires

INFO : Un facteur foudroyé à Nantes...

29 Juillet 2013, 16:12pm

Publié par FOcom Poste 06

 

Selon Europe 1, un facteur est dans un état grave après avoir été foudroyé samedi en fin de matinée dans une rue de Nantes. "L'homme s'était réfugié sous un arbre lorsque la foudre l'a touché", explique le site de la radio. Météo Consult avait placé 26 départements en vigilance orange pour des risques d'orages violents…

Que faisait-il dehors par ce temps ? Qu'elle est la responsabilité de sa hiérarchie sur ce point précis ?!

Voir les commentaires

Futur PDG de La Poste : trois noms mais un favori…

27 Juillet 2013, 15:22pm

Publié par FOcom Poste 06

La Poste connaîtra peut-être dès jeudi prochain le nom de son futur PDG. Pour l'heure, ils sont trois en piste pour succéder à Jean-Paul Bailly, qui a annoncé au début du mois sa décision de quitter l'entreprise un an avant la fin de son mandat. De sources concordantes, le cabinet de chasseurs de têtes Egon Zehnder a remis ce vendredi sa short list de trois candidats potentiels. Philippe Wahl, dauphin de Jean-Paul Bailly, y figure bien sûr. L'actuel président du directoire de La Banque postale - depuis début 2011 - est favori pour le poste. Son principal challenger est Bruno Mettling, l'actuel DRH d'Orange depuis 2010, passé par plusieurs cabinets ministériels de gouvernements de gauche mais aussi par les Caisses d'épargne, les Banques populaires et… la Poste. Troisième nom: Jean-François ­Carenco, un proche de Jean-Louis Borloo dont il fut directeur de cabinet, aujourd'hui préfet du Rhône.

D'ici jeudi, et la réunion du conseil d'administration de la Poste, il faudrait qu'un nom fasse consensus entre toutes les parties prenantes (l'Agence des participations de l'État, la Caisse des dépôts qui est actionnaire à 25 %, les ministères…). Ce qui ­suppose surtout que les ministres de ­tutelle de l'entreprise publique, Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg, s'entendent et soumettent leur choix à l'Élysée.

«Le plus probable est que Philippe Wahl soit désigné dès jeudi», fait valoir une source du dossier. Jean-Paul Bailly a fait en sorte, notamment en accélérant sa propre sortie, de mettre un maximum de chances du côté de son dauphin. Classé dans la catégorie des «patrons de gauche» - il est passé par le cabinet de ­Michel Rocard à Matignon -, Philippe Wahl a fait toute sa carrière dans la banque, ce qui n'est pas son meilleur atout. S'il est nommé, il faudra également qu'il trouve le bon profil pour le remplacer à la direction de La Banque postale, une filiale straté­gique pour le groupe public.

Source : http://www.lefigaro.fr/societes/2013/07/26/

Nb : Jeudi 1 août, fin d'un suspens haletant (?!) et début des angoisses…

Voir les commentaires

INFO : Le Portugal annonce la privatisation de la poste

25 Juillet 2013, 18:07pm

Publié par FOcom Poste 06

AFP - Le gouvernement portugais a lancé jeudi le processus de privatisation de la poste (CTT) prévue dans le plan de sauvetage négocié il y a deux ans avec ses créanciers internationaux.

"Le gouvernement a formellement approuvé la privatisation du groupe CTT", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Luis Marques Guedes, à l'issue du conseil des ministres.

Cette opération qui se fera par le biais de négociations directes "avec un ou plusieurs investisseurs de référence" prévoit de céder jusqu'à 100% du capital de la poste tout en garantissant "une participation de 5% aux travailleurs du groupe", a indiqué Manuel Rodrigues, secrétaire d'Etat aux Finances.

Les investisseurs qui auront acquis des actions de CTT devront les garder au moins cinq ans "afin d'assurer la stabilité du groupe", a-t-il ajouté, précisant que le gouvernement souhaitait un "processus transparent" autour d'un projet privilégiant la "compétitivité des CTT".

Le Portugal a déjà procédé à plusieurs privatisations depuis que le pays est sous assistance financière internationale de l'Union européenne et du Fonds monétaire international en échange d'une aide de 78 milliards d'euros obtenue en mai 2011.

L'Etat avait cédé l'année dernière le gestionnaire d'aéroports ANA au groupe de BTP français Vinci pour 3,08 milliards d'euros, après la vente de participations dans les groupes électriciens EDP et REN à des investisseurs chinois et omanais.

Le gouvernement portugais s'était alors félicité d'avoir obtenu 6,4 milliards d'euros avec ce programme de cessions d'actifs publics, alors que l'objectif initial visait 5,5 milliards d'euros.

En mai, le gouvernement a annoncé la privatisation d'ici la fin de l'année de la branche assurance de la banque publique Caixa Geral de Depositos (CGD). En revanche, il a renoncé pour l'instant à poursuivre la privatisation de l'audiovisuel public et de la compagnie aérienne TAP Portugal.

La vente de ces actifs doit contribuer à réduire une dette publique qui dépasse les 127% du PIB, selon les dernières données de l'office européen des statistiques (Eurostat).

Source : http://www.france24.com/fr/20130725-le-portugal-annonce-privatisation-poste

Nb: Après le Royaume-Uni, le Portugal, de la libéralisation à la privatisation le phénomène s'accélère en Europe…

Voir les commentaires

INFO : La poste en pleine mutation

25 Juillet 2013, 18:01pm

Publié par FOcom Poste 06

Téléphonie mobile, contrats d'assurance, activités bancaires ou même vente de sucreries au guichet: pour compenser la chute inexorable des volumes du courrier, les postes du monde entier se diversifient pour subsister, même si certaines n'échappent pas à la privatisation.

Début juillet, après quatre tentatives avortées dont la dernière remontait à 2009, le gouvernement britannique a lancé la privatisation de Royal Mail, dont l'État pourrait au final ne détenir plus que 49%.

L'objectif de l'opération est de poser «des bases viables pour l'avenir» et donner «une véritable liberté commerciale» à la poste britannique, dont les bénéfices ont bondi l'an dernier grâce au boom de l'envoi de colis - consécutif au succès du cybercommerce - après des années dans le rouge en raison de la perte de vitesse du courrier traditionnel.

Les opérateurs du monde entier, à l'exception de certains pays émergents, sont confrontés depuis plusieurs années à la chute des échanges de courrier, causée par l'usage croissant d'internet et des courriels. Pour la seule année 2011, le volume du courrier au niveau mondial a diminué de 3,7%, et même de 5,1% en un an pour l'Europe et la CEI, selon l'Union postale universelle (UPU).

Et encore, ces chiffres prennent en compte les petits paquets de moins de 2kg, «qui connaissent une incroyable croissance grâce aux achats sur internet», souligne à l'AFP Wendy Eitan, coordinatrice de la stratégie des produits pour l'UPU, institution spécialisée de l'ONU.

Si les opérateurs postaux investissent de nouveaux secteurs d'activité, ils ne doivent pas pour autant oublier de faire fructifier leurs atouts: «La poste reste le tiers de confiance aux yeux du public pour certifier le courrier électronique, ou pour organiser le retour de marchandises» liées au cybercommerce, selon Mme Eitan.

C'est sur cet essor du commerce en ligne - et donc des paquets en circulation - qu'ont misé de nombreuses postes, comme Deutsche Post en Allemagne qui va investir environ 750 millions d'euros d'ici 2015 pour étoffer son réseau de relais-colis, avec 20 000 nouveaux points de réception.

PostNord - qui rassemble depuis 2009 les postes suédoise et danoise dans un souci de rationalisation - a également été bénéficiaire en 2012 grâce à la croissance solide de la distribution des colis issus du cybercommerce.

Et en Espagne, qui a dû faire face à une baisse de 30% des envois postaux ces cinq dernières années, c'est aussi le créneau choisi par le groupe public Correos qui veut «développer l'activité colis, avec des solutions spécifiques et de la valeur ajoutée pour le commerce électronique».

Correos souhaite également instaurer d'ici 2020 «un modèle dans lequel les revenus ne proviendront plus exclusivement, contrairement à aujourd'hui, de l'activité postale traditionnelle», résume à l'AFP une porte-parole.

La diversification est devenue le virage indispensable à prendre pour survivre: si la Poste française a également identifié le colis comme «le premier secteur majeur de développement», elle déploie en parallèle une vingtaine de projets pilotes pour étendre son champ d'activités à la visite aux personnes âgées, la livraison de médicaments ou le relevage de compteurs.

Les opérations bancaires et la téléphonie mobile sont également très largement plébiscitées: les Poste Italiane - encore détenues à 100% par le ministère de l'Économie - recensent aujourd'hui près de 6 millions de comptes courants postaux, et ont vendu 3 millions de cartes SIM.

La poste argentine, el Correo Oficial, privatisée en 1997 puis renationalisée en 2003, propose dans ses 4343 points de contact de recharger son forfait de téléphonie mobile, mais aussi de payer ses impôts. Elle considère elle-même qu'elle est «devenue une organisation qui propose des opérations complexes, et qui n'est plus seulement un distributeur de lettres et de colis».

Au Brésil, la poste va se lancer en 2015 dans la vente de minutes de communication, et «l'idée est d'avoir notre propre marque de téléphone», indique-t-on.

Aux côtés des produits postaux, la poste finlandaise n'a pas hésité à mettre en vente de la papeterie, de petits jouets ou encore des sucreries pour accroître le chiffre d'affaires de ses bureaux de poste.

La palme de la diversification revient cependant à la poste américaine - dont les difficultés financières sont telles qu'elle va arrêter dès le mois d'août la distribution des lettres le samedi: elle va commercialiser en 2014 sa propre marque de vêtements professionnels, baptisée «Rain, Heat & Snow» (pluie, chaleur et neige), qui n'ont jamais empêché le courrier d'arriver à bon port, selon la légende.

------------------

Le secret de la Poste japonaise: la qualité de service

TOKYO - «Merci de livrer entre 19H00 et 21H00 le pli que je n'ai pas pu réceptionner ce matin»: un message vocal ou trois clics sur internet suffisent, le facteur revient, paquet en main, sourire aux lèvres, à l'heure dite.

La poste japonaise a beau être un mammouth qui gère plus d'actifs que toute autre institution financière, elle n'en est pas moins dynamique, car aiguillonnée par des concurrents qui ne lui laissent aucun répit.

Entreprise de droit privé depuis octobre 2007 mais encore entièrement détenue par les pouvoirs publics, Japan Post est d'une redoutable efficacité: rapidité, fiabilité, ponctualité, sont une obligation pour lutter face à des transporteurs rivaux comme Yamato ou Sagawa, qui ne peuvent certes pas prendre en charge les simples courriers mais transportent de porte à porte des colis et petits plis avec un service absolument irréprochable.

Pourtant Japan Post se défend bien: c'est grâce à son réseau de 24 000 bureaux et 209 000 salariés dans l'archipel que les commerçants en ligne, comme le groupe Amazon Japan, peuvent proposer une livraison le jour même dans les mégapoles pour des commandes passées avant 13H00.

Japan Post elle-même a sa propre galerie marchande virtuelle, où les boutiques proposent leurs spécialités régionales (y compris des fruits et autres produits frais) qui sont prises en charge et livrées le plus vite possible, et en bon état. Les guichets de Japan Post dans les bureaux centraux des arrondissements des grandes villes sont ouverts 24H/24. Le facteur passe aussi le dimanche. Une enveloppe un peu déchirée? Les préposés de Japan Post l'emballent dans un sac transparent et glissent un petit mot pour expliquer et demander pardon. Une adresse illisible? Ils vont se décarcasser pour trouver le destinataire, quitte à ce que cela prenne des semaines.

Même si Japan Post a été contrainte au moment de la privatisation (encore incomplète) de couper dans ses coûts et de fermer des bureaux ruraux, la qualité de service reste notable. Qui plus est, les Japonais sont encore très attachés au courrier, notamment aux vœux, sans doute parce que la Poste en prend soin: les cartes expédiées à temps sont regroupées par paquets de plusieurs dizaines ou centaines pour chaque foyer destinataire et glissées dans les boîtes à lettre le jour de l'An

Katia DOLMADJIAN

Agence France-Presse

Paris

Source : http://affaires.lapresse.ca/economie/201307/25/01-4673980-la-poste-en-pleine-mutation.php

Voir les commentaires

La Poste doit s’engager !

25 Juillet 2013, 17:43pm

Publié par FOcom Poste 06

La première réunion plénière issue de l’après KASPAR, nous a laissé sur notre faim.

Soit dame Poste est une grande pudique et attend les prochaines rencontres pour dévoiler progressivement ses intentions, où elle n’a pas l’intention d’aller très loin sur ce dossier…

[Télécharger]

Voir les commentaires

Rejoignez nous...

24 Juillet 2013, 07:00am

Publié par FOcom Poste 06

Voir les commentaires

Une idée comme çà : Faute de boulangerie, la Poste assure un nouveau service de proximité sur la commune du Fau (Cantal)

24 Juillet 2013, 06:58am

Publié par FOcom Poste 06

Le portage du pain par le facteur est un service très apprécié par Marie-Thérèse et Louis. Ce dernier assure le point de dépôt à la Bastide.

Tous les mardis, au Fau, le passage du facteur est attendu plus que les autres jours par les habitants. Ce jour-là, outre la distribution du courrier, il assure une livraison de pain.

Le facteur remet sa tournée de pain à l'horloge de La Bastide, 11 h 30 vont sonner. La douce quiétude de ce hameau de la commune du Fau (*) est parfois troublée par le passage d'une voiture. A l'ombre, sur le pas de sa porte, Louis Chambon, lui, guette celle du facteur qui ne devrait pas tarder. Sa patience est soudain récompensée. L'emblématique Kangoo jaune fait son entrée dans le hameau.

Ancien des PTT, Louis Chambon n'attend ni courrier spécial, ni colis particulier. Mais, hier, il n'aurait pas raté le passage du préposé. Pierre Garry stationne juste devant sa porte et remet le journal à Louis, ainsi qu'un sac.

« Avoir du pain frais »

A l'intérieur, pas de lettres en vue, mais des pains et des baguettes. « Depuis le mois d'avril, chaque mardi, j'assure une livraison pour la commune du Fau », explique le facteur originaire de Jussac, qui effectue cette tournée depuis 2006.

Avant d'arriver à ce village, la tournée de Pierre Garry, longue de 85 kilomètres, le conduit à Fontanges où il récupère les commandes de pain à l'épicerie d'Anne-Marie Vidal. « C'est monsieur Robert, le boulanger de Salers, qui me livre tous les matins. Je connais mes clients donc je sais ce qu'ils prennent. Sinon, pour commander, on m'appelle la veille, voire tôt le matin », confie la commerçante.

A la Bastide, le domicile de Louis Chambon a été retenu comme l'un des deux points de dépôt du pain. Après avoir signé, hier, le bordereau accusant réception de la livraison, le septuagénaire emporte le sac pour faire la distribution aux sept autres résidents. « Soit ils viennent le chercher chez moi, soit, je leur porte. Ça permet de boire l'apéro », rigole-t-il, en arrivant chez Marie-Thérèse. « Ah, le facteur est passé ! Il y a mes deux baguettes. Il est vraiment bien ce facteur, adorable, charmant… », ne tarit pas d'éloges l'habitante de La Bastide. « C'est quand même plaisant d'avoir du pain frais. Si le facteur n'assurait pas ce service, comment feraient les gens ? Nous, on peut prendre la voiture. Mais en face, c'est un monsieur de 85 ans qui vit là, plus loin, c'est une dame de 83 ans, à côté, une dame de 94 ans. Ils ne peuvent pas sortir tous les jours », échangent Louis et Marie-Thérèse, pendant que le facteur se dirige vers Le Fau.

Arrêt à la mairie où le premier magistrat l'attend aussi sur le devant de porte. Tandis que le préposé lui tend sa commande, une voiture s'arrête à hauteur des deux hommes. « J'ai votre pain », lance Pierre Garry aux occupants.

De sa fenêtre, Georges Magne observe la scène. Il voit également le facteur descendre la petite allée menant à son domicile à quelques mètres de la mairie. L'agent de la Poste lui tend chaleureusement la main tout en prenant des nouvelles et en déposant le sac sur la table. Un sourire irradie le visage de Georges. Quand on lui a proposé d'être le deuxième point de remise de pain, il ne s'est pas fait prier. « Je suis né dans cette maison, il y a 89 ans. Je ne peux plus sortir aujourd'hui. Ça me change la vie car ça me fait une occasion de voir les habitants qui passent récupérer le pain et de discuter avec eux », confie l'aîné, diminué physiquement.

« Le sauveur »

C'est justement parce que la population de sa commune est âgée - et beaucoup de ces habitants vivent seuls - que le maire s'est démené pour trouver une solution quand l'ancien boulanger de Saint-Projet-de-Salers, assurant ce service, a fermé boutique. Michel Favier s'est rapproché de la direction de la Poste de Mauriac dont dépend le centre de tri de Saint-Martin-Valmeroux auquel est rattaché ce facteur. Les deux parties ont passé une convention pour organiser un portage chaque mardi.

Hier, les habitants du Fau ont déjeuné avec du pain frais. « Avant? Le facteur était au cœur de la vie des villages. Il voyait tout monde. Il donnait des nouvelles des uns et des autres. C'était le sauveur. C'est encore plus vrai aujourd'hui », apprécie Louis Chambon. Sans fausse modestie, Pierre Garry, lui, estime juste remplir sa mission de service public.

(*) A une quinzaine de kilomètres de Salers, Le Fau compte 52 inscrits sur la liste électorale, mais seule une poignée d'habitants y résident à l'année.

Chemcha Rabhi

Source : http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/cantal/2013/07/24/

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>