Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FOcom Poste 06

INFO : Le patron de La Poste perçoit une rémunération digne du CAC 40

11 Avril 2014, 19:11pm

Publié par FOcom Poste 06

Pour 2013, Philippe Wahl, patron de La Poste, a perçu une rémunération de 736 490 euros, soit très au-delà du plafond légal de 450 000 euros institué pour les entreprises publiques. En cause : une rémunération différée. Peut-être légal, mais choquant…

Source : http://www.mediapart.fr/

Nb : Les postiers apprécieront !

Voir les commentaires

Commission d’échange stratégique sur la gouvernance : On attendait une bouffée d’oxygène… On a eu une dose d’anxiogène !

11 Avril 2014, 18:54pm

Publié par FOcom Poste 06

Après quatre mois de réflexions, d’analyses et de consultations, le président Wahl a dévoilé son projet de gouvernance pour La Poste.

Résultat : On prend les mêmes et on continue comme avant !

Il avait prévenu, on ne s’attendait pas à un big-bang… On pouvait toutefois espérer, dans la façon de diriger La Poste, quelques changements significatifs qui auraient permis aux 230000 postières et postiers de croire à un avenir porteur d’espoir.

Pour FO, il est grand temps de donner aux postières et aux postiers des garanties sur leur avenir. On ne pourra pas développer La Poste sans sécuriser les postiers !

[Télécharger

Voir les commentaires

Côté Cadres n°33 – Directeurs d’établissement et Directeurs adjoints : Mauvais remake à l’Enseigne ?

11 Avril 2014, 18:45pm

Publié par FOcom Poste 06

L’inquiétude ne cesse d’augmenter à l’Enseigne dans les rangs des Directeurs d’Établissement (DE) et de leurs Adjoints.

Cette inquiétude légitime trouve son origine dans les réorganisations attendues et en particulier dans les mouvements de concentration des Terrains dont la principale conséquence pourrait être de voir diminuer sensiblement le nombre de postes de DE et de DE adjoints… Dès lors, la question de l’avenir de ces métiers et de ces professionnels est posée.

Pour réussir et réformer, le grand défi de Philippe Walh ne consisterait-il pas tout simplement à refaire aimer La Poste par tous les postiers ?

FO réclame des actes forts, des garanties et ne se contentera pas de vagues promesses. Le sort qui sera réservé aux DE, à leurs adjoints, mais aussi à tout l’encadrement nous mobilisera et retiendra toute notre attention…

[Télécharger

Voir les commentaires

Complément poste des salariés: Et de 11!

9 Avril 2014, 08:42am

Publié par FOcom Poste 06

La Poste préfère les condamnations en justice plutôt que la négociation...

Complément poste des salariés: Et de 11!

Voir les commentaires

J – 20 avant la journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail !

9 Avril 2014, 08:37am

Publié par FOcom Poste 06

Une journée importante ! La sante au travail est plus qu’un sujet d'actualité, c’est notre vie…

J – 20 avant la journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail !

Voir les commentaires

INFO : La Poste - question de gouvernance…

7 Avril 2014, 08:25am

Publié par FOcom Poste 06

Comment faire accélérer un mastodonte dans un virage sans le faire dérailler ? C'est peut-être la question que se pose le nouveau premier ministre, Manuel Valls.

C'est en tout cas un problème auquel sont confrontés les patrons des groupes publics français et des ex-grands monopoles, tels la SNCF, EDF, La Poste, Orange, etc. Chacun y répond à sa manière. La méthode employée par Philippe Wahl, nommé président de La Poste en septembre 2013, intrigue. Il a dévoilé en janvier les grands axes de son plan stratégique, baptisé « La Poste 2020 : conquérir l'avenir ».

De grandes idées avec lesquelles on est forcément d'accord tant elles sont vagues : « accélérer le développement des activités existantes », « conquérir de nouveaux territoires », « améliorer la compétitivité du groupe », etc.

FINIE L'ORGANISATION PAR MÉTIERS

Le plus intéressant est venu après. De façon plus discrète, mais autrement plus concrète. La « nouvelle gouvernance », détaillée vendredi 4 avril dans un communiqué, révèle certains des leviers que compte utiliser le capitaine de ce navire de 266 000 âmes.

Finie l'organisation par métiers (courrier, colis, réseau et services financiers) mise en place en 2003. Place à l'organisation autour de cinq branches : courrier-colis-service au domicile, La Banque postale, GeoPost, Réseau La Poste, numérique.

On pourrait être sceptique devant ce genre de réorganisations périodiques dont les grandes organisations ont le secret. Mais, ici, on ne se contente pas de changer le bonneteau de place ou de modifier tel ou tel périmètre pour donner l'impression de mouvement.

Une plus grande intégration stratégique et financière sera opérée au niveau du groupe alors que chacun des métiers a eu tendance à dupliquer les mêmes fonctions. L'objectif de M. Wahl est bien sûr le développement, mais si certaines économies peuvent être opérées par la même occasion…

CHOC DE SIMPLIFICATION

Car la baisse de l'activité courrier s'est accélérée au rythme de 6 % par an. Et ce n'est pas fini.

Le groupe a ainsi décidé de doter La Banque postale et le Réseau La Poste d'une direction des ressources humaines commune. Ce n'est pas une petite révolution, mais une grande.

La création d'une école commune à ces deux métiers devrait aussi permettre de donner de nouvelles perspectives à des postiers. Car avant que les nouveaux services à domicile ne décollent, La Banque postale a des besoins à la hauteur de ses ambitions.

La route que M. Wahl trace est dans la lignée de celle ouverte par son prédécesseur, Jean-Paul Bailly, mais, vu les circonstances, il devait accélérer (comme M. Valls). Sa nouvelle gouvernance n'est pas une solution en soi. Mais elle pourrait aider au choc de simplification dont le mastodonte a besoin. Il sera alors plus agile pour se développer sur les services en croissance.

jacquin@lemonde.fr

Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/04/05/

Nb : Et un nouveau plan de restructuration en perspective et comme un plan de restructuration nécessite toujours un effort ou un sacrifice des parties prenantes, pas besoin d’un dessin pour désigner qui sera essentiellement concerné !

Voir les commentaires

INFO : La valse des Filiales Sofipost

7 Avril 2014, 07:59am

Publié par FOcom Poste 06

La Poste vient d’annoncer l’éclatement des filiales dans les “branches” Nous devons

combattre très rapidement cette décision qui va à l’encontre des salariés.

[télécharger]

INFO : La valse des Filiales Sofipost

Voir les commentaires

Complément Poste suite...

5 Avril 2014, 09:05am

Publié par FOcom Poste 06

Le 3 avril 2014 La Poste vient de subir ses 9° et 10° condamnations... puisqu'elle ne veut pas négocier, qu'elle paie!!!

Complément Poste suite...

Voir les commentaires

INFO : Comment Philippe Wahl s'attaque à la réorganisation de la Poste…

5 Avril 2014, 08:51am

Publié par FOcom Poste 06

Pour compenser la chute des volumes de courrier, le nouveau patron de La Poste ne néglige aucune piste... et ne tergiverse pas.

 Philippe Wahl, le président de La Poste (C) Sipa

Philippe Wahl, le président de La Poste (C) Sipa

Arrivé en octobre,  le nouveau patron de la Poste a lancé ce jeudi 3 avril les premières mesures concrètes de son "Plan stratégique 2020" baptisé "Conquérir l’avenir". Tandis que son rival allemand, Deutsche Post promettait hier monts et merveilles aux marchés financiers (rentabilité améliorée de 8% chaque année jusqu’en 2020), Philippe Wahl, lui, s’attache encore à éteindre l’incendie.

Hasard du calendrier, ce matin, Jean-Pierre Jouyet, le patron de la Caisse des Dépôts et Consignations, actionnaire à 26,2% de La Poste, annonçait qu’il dégradait de 300 millions d’euros la valorisation de cette participation. Tout en jurant qu’il croyait dur comme fer au plan de Philippe Wahl. Mais voilà. En attendant les résultats, le constat est sévère. Si le chiffre d’affaires du groupe français s’est maintenu en 2013 (22 milliards d’euros), la machine est grippée.

"Notre modèle diverge", constate, pudiquement, le PDG. C’est le résultat d’exploitation qui en témoigne : à 770 millions d’euros, il plonge de 42% (hors impact opportun du CICE). Et sa marge s’en ressent, à 3,5%, elle s’éloigne de plus en plus de l’insolente Deutsche Post (5,2%).

Le mot d'ordre : ra-tio-na-li-ser

Philippe Wahl se concentre aujourd’hui sur l’organisation. Avec 267.000 salariés, cela n’a rien de symbolique. Il en espère des synergies, des économies et des relais de croissance qui se traduiront, dès la fin du mois de juin, dans la trajectoire financière de La Poste 2014- 2020 qu’il présentera à son conseil d’administration. Désormais, La Poste s’organise autour de cinq pôles d’activités redimensionnés, avec un maître mot : ra-tio-na-liser ! C’est particulièrement vrai dans les deux branches malades du groupe : le courrier et l’enseigne, autrement dit le réseau de "bureaux de poste" et autres points de contact avec la clientèle.

L’activité historique de La Poste est en chute libre depuis 2008 (-6% de volume par an). Certes le courrier dégage encore des profits, mais de moins en moins. Et le CICE ne suffira pas longtemps à compenser la baisse de la rentabilité. Du coup, Philippe Wahl a décidé de le doter d’une activité en forte croissance, le petit colis domestique (ColiPoste) qui surfe sur l’explosion du e-commerce.

Ce faisant, outre les synergies espérées, la branche courrier gagne 14% de chiffre d’affaires (1,6 milliard d’euros) et, surtout, 21% de résultat d’exploitation (101 millions). De quoi voir venir, en attendant que la diversification tous azimuts du métier de facteur multi-casquettes donne de vrais fruits. 

Miser davantage encore sur la Banque postale

L’autre poids-lourd du compte d’exploitation de La Poste, "l’enseigne" et ses 17.000 points de contact partout en France qui délivrent services postaux, crédits immobiliers et téléphonie mobile. Objectif : rentabiliser cette extraordinaire tuyauterie territoriale. Outre la montée en puissance des "Maisons de services au public" qui prévoit de regrouper l’action de l’Etat dans les territoires dans les bureaux de poste, Philippe Wahl veut opérer une petite révolution: "Le réseau sera à priorité bancaire." 

Philippe Wahl, qui vient de la Banque postale, veut y insuffler la culture bancaire. La banque et l’enseigne, pourtant dans les mêmes murs, réalisaient jusqu’à présent leurs petites affaires chacune dans son coin. Désormais, les lignes hiérarchiques fusionnent. L’enseigne change d'ailleurs de nom. Elle devient "le réseau", plus raccord avec l’univers de la banque. 

Dans les domaines en croissance, la Banque postale et le colis express, Philippe Wahl enfonce le clou. La Banque postale, d’où Philippe Wahl est issu, demeure pour lui le fer de lance du sauvetage du modèle de La Poste. Même si elle n’est pas encore à la hauteur des espoirs mis en elle pour compenser la chute du courrier, pour la première fois en 2013, ses résultats ont détrôné ceux du courrier historique! Un changement de paradigme qui permet d’accentuer le trait. Comme l’acquisition pour 115 millions d’euros de la Banque privée européenne qui rafle ainsi 60% du budget 2013 alloué à la croissance externe du groupe.

La Banque postale ambitionne aussi de se développer sur la clientèle des professionnels, qui ne pèsent encore que 50 millions d’euros de chiffre d’affaires aujourd’hui. L’objectif est d’atteindre 400 millions en 2020. En créant une Ecole Banque et Réseau en interne pour former 1.000 salariés aux techniques commerciales bancaires. L’objectif est d’améliorer la rentabilité de la banque de dix points d’ici 2020.

Devenir le leader européen du colis

Dans "l’express international" (Geopost), Philippe Wahl affiche aussi de grandes ambitions: "Nous pouvons devenir le leader européen du colis et dépasser DHL, la branche Express de Deutsche Post, assure-t-il.  Le business de 4,4 milliards d’euros aujourd’hui (hors ColiPoste) croît à toute allure (+9%). En 2014, c’est bien cette branche qui doit bénéficier de la majorité des investissements de croissance externe, comme la banque en 2013. Mais pas question de racheter la batave TNT, le numéro deux en Europe, en grande difficulté financière : "Trop de doublons!"

Enfin, et pour se donner un peu d’air, Philippe Wahl a décidé de créer une business unit dédiée au numérique. Ces activités dispersées jusqu’ici à travers l’ensemble du groupe, sont aujourd’hui rassemblées autour d’un objectif chiffré élevé : un milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2018. Pour crédibiliser cette branche, Philippe Wahl la dote de deux atouts : DocaPost, la SSII maison, qui réalise déjà près de 500 millions d’euros de chiffres d’affaires. La Poste va également booster son fonds d’investissements, spécialisé dans les start-ups innovantes, XAnge, qui gère 360 millions d’euros de capitaux.

Reste à savoir ce que donneront, dans les comptes, ce premier train de mesures. Rendez-vous fin juin !

Par Alice Mérieux

Source : http://www.challenges.fr/entreprise/  Publié le 03-04-2014

Nb : De la finance, des restructurations et un oubli, certainement de la douleur pour les postiers…

Voir les commentaires

INFO: Philippe Wahl, la stratégie des petits pas du patron de La Poste

5 Avril 2014, 08:10am

Publié par FOcom Poste 06

Le PDG a dévoilé hier une nouvelle organisation, qui consacre la place grandissante de La Banque Postale.Il y a quelques jours, dans un message en interne, Philippe Wahl, a tenu à préciser que la nouvelle gouvernance ne s\'apparenterait pas à un big bang. - Photo Denis Allard/REA

 

Peu à peu, Philippe Wahl précise son projet pour La Poste. Après avoir dessiné en janvier les grands axes de son plan stratégique à l'horizon 2020, le PDG a dévoilé hier une nouvelle organisation qui confirme la place grandissante de La Banque Postale dans le groupe.

Philippe Wahl avait pris soin de préciser il y a quelques jours dans un message en interne que la nouvelle gouvernance ne s'apparenterait pas un big bang. Derrière les évolutions de l'organigramme se dégagent toutefois quelques tendances nettes. Jusqu'ici structuré par métiers (le courrier, le colis, l'Enseigne...), le groupe va désormais être organisé en 5 branches, ce qui occasionne quelques redécoupages. L'activité de colis en France est, par exemple, rapprochée du courrier comme cela avait déjà été annoncé, tandis que Geopost, qui regroupe les positions du groupe dans l'express à l'international, devient une branche à part entière. Ce qui semble confirmer les ambitions de Philippe Wahl sur ce métier, où il projette d'ores et déjà des acquisitions hors de France.

Accroître les synergies

Par ailleurs, si La Banque Postale et le Réseau La Poste (nouveau nom de l'Enseigne, qui regroupait les activités des bureaux de poste) restent distincts, la tendance est clairement au rapprochement entre les deux branches. Cela se matérialisera notamment avec la création d'une direction des ressources humaines commune ainsi que par « la naissance d'une école Banque-Réseau », indique le groupe dans un communiqué.

Ce faisant, Philippe Wahl veut accroître les synergies, et tourner le dos au fonctionnement en silo qui amène les métiers à se regarder en chien de faïence. Mais il accroît également la place de La Banque Postale dans le groupe et prépare sa montée en puissance dans les bureaux de poste en zone urbaine. Alors que l'activité courrier décline régulièrement, le nouveau PDG compte sur La Banque Postale, qu'il a longtemps dirigée, pour sauver le compte de résultats du groupe.

Cette montée en puissance doit s'accompagner d'une « bancarisation » du réseau, déjà évoquée en conseil d'administration,et qui revient, sans spécialiser totalement certaines agences (il ne faut pas effrayer syndicats et élus avec cette perspective), à accroître la place dévolue aux services financiers.

La Poste a également annoncé hier deux nominations qui complètent l'équipe de direction autour de Philippe Wahl. Yves Brassart, directeur financier de La Banque Postale, est nommé directeur financier du groupe. Il remplace Xavier Girre, arrivé à ce poste en novembre 2011,  « qui rejoint l'équipe de direction de Xange Private Equity (filiale de La Banque Postale) », précise La Poste. Enfin, Nathalie Collin, qui s'est illustrée ces dernières années dans le monde de la presse en assumant la gestion de « Libération » puis du « Nouvel Observateur » en tandem avec Laurent Joffrin, prend la direction de la communication en lieu et place de Vincent Relave, proche de l'ex-PDG Jean-Paul Bailly, qui avait quitté l'entreprise fin 2013. Elle entre aussi au comité exécutif.

Lionel Steinmann

Par Lionel STEINMANN

Source : http://m.lesechos.fr/industrie-services/

 

Nb : Vous ne m'appellerez bientôt plus "La Poste"...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>