Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FOcom Poste 06

Forte augmentation des licenciements pour inaptitude

22 Juillet 2019, 09:27am

Publié par FOcom Poste 06

Inquiétant, tel est le mot qui vient à l’esprit quand on s’attarde à lire le rapport social de La Poste pour l’année 2018.

A la colonne licenciement pour inaptitude physique, si l’année 2017 était marquée d’une augmentation (+13%), l’année 2018 fait carrément un bond affolant, passant de 174 à 362 licenciements, soit +108%. Dans ce chiffre, encore plus inquiétant, la population féminine y tient une part importante soit 274 licenciements sur 362. Les trois quarts !

Le licenciement pour inaptitude physique signifie que l’agent n’est plus en capacité d’accomplir la moindre tâche au sein de l’entreprise, suite à maladie, accidents de travail… Le licenciement survient généralement au bout d’un cursus long, où le postier est éloigné de l’environnement de travail détruisant le lien social qu’il a pu créer avec ses collègues. La situation est d’autant plus mal vécue, pour certains, qu’elle correspond à faire une forme de deuil d’une entreprise où ils ont le sentiment d’y avoir laissé leur santé.

Pour FO, toutes les commissions de retour et de maintien dans l’emploi doivent se tenir et trouver comme annoncé dernièrement par La Poste, des solutions novatrices pour le maintien dans l’emploi. Cela doit passer notamment par la réinternalisation de prestations confiées à des entreprises extérieures, comme l’accueil ou les services de conciergeries.

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre représentant local FO afin d’être défendu au mieux !

Voir les commentaires

Bureaux de poste : vers quel service public se dirige-t-on ?

19 Juillet 2019, 09:39am

Publié par FOcom Poste 06

Maisons de Service au Public (MSAP), facteurs-guichetiers, bureaux « sensibles », agences postales communales… la présence postale ne cesse de se modifier et de se réduire. Le mot d’ordre est rentabilité, ce qui laisse peu de place à la notion de service public partout et pour tous.
En France comme ailleurs en Europe, l’idéologie libérale ambiante modifie la notion même de service public. L’État français se désengage partout et par tous les moyens. Que ce soit pour les impôts, les missions données aux préfectures, les hôpitaux, le rail… c’est le modèle social français, garant des missions de service public qui est attaqué ; même certaines missions régaliennes sont confiées à des « partenaires » privés. Quid de La Poste et de son réseau de bureaux ? Certains parlementaires estiment qu’une voire deux missions de service public postal sont obsolètes. Quel que soit le point de vue de chacun, ces missions sont inscrites dans un contrat d’entreprise 2018-2022 signé avec l’État.
Dans le cadre de ce contrat, La Poste est dans l’obligation de maintenir son maillage territorial de 17 000 « points de contact ».
Pour atteindre cet objectif elle privilégie aujourd’hui, pour des raisons de rentabilité, les partenariats : agences postales communales ou intercommunales, relais-poste chez des commerçants, des buralistes ou encore des acteurs de l’économie sociale et solidaire.
À côté de ces partenariats, le contrat sert à financer d’autres alternatives aux bureaux classiques : des bureaux de postes mutualisés, tels que les Maisons de Service Au Public accueillies dans un bureau de poste, des bureaux de facteurs-guichetiers, des bureaux ouverts moins de 18 heures par semaine, des points de contact situés dans les nouveaux quartiers de la politique de la ville ainsi que l’ensemble des points de contact situés en outre-mer.

LE SERVICE PUBLIC EN BUREAU

La désertification rurale, les métropoles grandissantes, une population vieillissante… autant de facteurs à prendre en compte pour aménager la présence postale.
Quelles en sont les règles ? Pas plus de 10 % de la population d’un département ne peuvent se trouver éloignés de plus de 5 km et de plus de 20 minutes en voiture des plus proches points de contact. Les Commissions Départementales de Présence Postale Territoriale (CDPPT) sont en charge du respect de ce critère.
Pour remplir ces deux conditions, La Poste se voit attribuer par l’État une enveloppe financière qui était de 223 millions d’euros en 2016 mais qui, en 2018, n’est plus que de 174 millions.
Cette baisse du financement est inquiétante, Force Ouvrière la dénonce systématiquement.
La Poste a aussi une mission d’accessibilité bancaire : il s’agit du livret A pour tous et du droit au compte.
Ainsi, il est possible de faire des opérations de retrait et de dépôt à partir d’un montant de 1,50 €. Non rentables, ces opérations sont très coûteuses pour La Poste. Là aussi, la compensation financière de l’État, déjà bien insuffisante, passera de 340 millions d’euros en 2017 à 280 millions en 2020.
Pour Force Ouvrière, ces deux obligations sont trop peu compensées par l’État, ce qui a de graves conséquences pour la gestion de La Poste : de fortes suppressions d’emplois, la détérioration des conditions de travail et la diminution de la gamme des prestations offertes aux usagers.

UNE PRÉSENCE ALÉATOIRE

La Poste ferme des bureaux dans toutes les régions, implante certains services dans des supermarchés ou autres commerces, et provoque le mécontentement des usagers, des élus locaux et des postiers. Malgré notre action permanente sur la défense des services publics et des conditions de travail de nos collègues, l’entreprise persiste dans son action de destruction d’un service de qualité pour tous.
En grand nombre, les bureaux sont remplacés par des « Relais Poste » qui, selon leur implantation, sont ruraux ou urbains.
Car le mouvement touche maintenant de plein fouet les villes, où supermarchés et autres commerçants volontaires distribuent les services de La Poste. La loi en encadre le nombre, avec un minimum de 17 000 points de contact sur le territoire, mais pas du tout la forme ni les services proposés par ces derniers.
En 2005, 14 000 bureaux de postes étaient encore en exercice sur plus de 17 000 points de contact.
Au 1
er janvier 2017, ils étaient au-dessous de 9 000 !
Selon les chiffres officiels donnés par La Poste, 8 425 bureaux sont actuellement encore ouverts pour 6 234 agences postales communales, 2 697 relais poste commerçants et 40 agences postales intercommunales.
Ça y est, nous sommes passés sous le seuil de 50 % de vrais bureaux poste. Très exactement 48,43 %. Et, encore plus inquiétant, dans 10 départements ruraux, il y a plus de 70 % de partenariat et seulement 30 % de bureaux de plein exercice !
La tendance actuelle avec le projet attractivité du réseau nous fait craindre le pire, avec fermetures et diminutions d’horaires d’ouverture dans toutes les régions.

L’ARNAQUE AUX « POINTS DE CONTACT »

Comme on a pu le voir, c’est la notion même de point de contact inscrite dans la loi postale de 2010 qui pose problème. L’optimisation et la financiarisation du parc immobilier de La Poste engendrent une recrudescence de relais aussi bien en zones rurales qu’en ville… La Poste orchestre elle-même la fermeture des bureaux de poste de plein exercice.
La méthode ? Rien de plus simple ! La direction de La Poste réduit ou modifie l’amplitude horaire d’ouverture des bureaux de plein exercice pour les rendre inadaptés par rapport aux besoins des citoyens. Ces derniers sont contraints de se tourner vers d’autres « points de contact » plus adaptés.
Conséquence immédiate : une réduction de l’offre au sein de ces bureaux qui sont dans le « collimateur »… jusqu’à leur fermeture et une transposition dans un commerce de proximité locale. 

 

UN RÉSEAU À PLUSIEURS VITESSES, DESTRUCTEUR D’EMPLOI

Selon les dirigeants de La Poste, c’est « l’adaptation du réseau à la réalité des territoires et aux besoins de la population ». Selon le P.D.-G. de La Poste, « ce qui change, c’est juste la forme » de la présence postale. Pour FO, c’est inexact !
Cette « adaptation », principalement financière, entraîne malheureusement aussi une diminution du nombre de postiers travaillant en bureaux. L’ensemble du service public postal se décline plutôt selon l’attrait « économique » des territoires.
Au 31 décembre 2016, il y avait 47 125 postiers dans le réseau. Au 31 décembre 2017, il n’y en avait plus que 44 525. Et au 31 décembre 2018, l’objectif de la direction de La Poste est de 42 635… Ceci sans compter les départs naturels à hauteur de 20 % dans les trois ans. Cette spirale du déclin des effectifs dans le réseau des bureaux de poste reflète bien le piège de la notion de points de contact.

UNE TRANSFORMATION À MARCHE FORCÉE

Pour contrer la baisse continue des subventions de l’État, La Poste se réinvente et expérimente une large palette de missions dédiées à la « proximité humaine ». Du fait de la non-compensation par l’État des budgets alloués aux missions de service public postal, La Poste se retrouve à facturer de façon trop élevée les nouvelles missions, comme l’octroi de la carte grise jadis géré par les sous-préfectures ou l’aide à la déclaration d’impôt, voire l’inclusion bancaire et numérique. Non seulement La Poste facture au prix fort ses missions de service public (pudiquement appelées par les commissaires européens des missions d’intérêt général) mais, en plus, elle est contrainte de rogner sur la masse salariale. Pour effectuer ces nouvelles missions, par exemple, elle embauche des intérimaires, ou réduit le budget dédié aux conditions de travail, ce qui les détériore logiquement et crée un mal-être chez de nombreux postiers. 

 

ET LES POSTIERS DANS TOUT CA ?

Selon FO, La Poste doit rétribuer les postières et les postiers fiers de leur identité, garants du service public, et soumis à une transformation organisationnelle hors normes. La Poste et les postiers qui sont considérés comme des « tiers de confiance », peuvent jouer un rôle essentiel sous certaines conditions de rétribution et de reconnaissance !
Pour ce faire, La Poste doit se donner les moyens humains et organisationnels afin de transformer les essais actuellement testés au sein des territoires. Ainsi, les moyens déployés en termes de formation sont largement insuffisants. Il faut démultiplier ce budget afin de rendre envisageable l’ultra-polyvalence des collègues et notamment ceux qui sont en première ligne : les facteurs et les chargés de clientèle. Les formations sont trop réduites, faites par e-learning et trop souvent proposées sur le temps de travail. Et même si certaines de leurs missions de service public doivent évoluer, FO défend et défendra leur métier, que ce soit dans le réseau des bureaux de poste pour les chargés de clientèle ou sur tout le territoire pour les facteurs et les factrices.
Notre vigilance et nos actions seront primordiales pour la défense de l’emploi, les conditions de travail des postiers, et le service rendu aux usagers.
Pour FO, le compte n’y est pas ! Les missions de service public postal (la distribution du courrier 6 jours sur 7 appelée aussi « service universel », l’aménagement du territoire, l’accessibilité bancaire et la distribution de la presse) sont déficitaires. L’État est fortement complice de la situation financière relativement fragile du Groupe La Poste et doit changer de stratégie afin qu’un service public postal de qualité puisse se renouveler et perdurer.
Tout le monde est d’accord sur le caractère prioritaire et indispensable de la présence de La Poste là où il n’y a plus aucun autre service public, que ce soit en campagne ou dans les zones périurbaines. L’État doit cesser de rogner sur les budgets alloués aux missions de La Poste.
FO continuera de se battre pour que les postiers ne soient pas les grands perdants de cette course à la productivité et cessent de subir une pression insupportable et injustifiée. 

Voir les commentaires

Facteur-guichetier : un métier à consolider !

19 Juillet 2019, 09:26am

Publié par FOcom Poste 06

LE COME-BACK DU FACTEUR-GUICHETIER
Jadis, le facteur-guichetier, entendez receveur-distributeur, arpentait dignement nos campagnes en distribuant le courrier.
Avec un lien social indiscutable, il prolongeait sa relation l’après-midi au guichet. Cet agent polyvalent pouvait commercialiser l’ensemble des produits postaux et était à la source du développement local. Lors de la suppression de cette fonction, FO Com s’était élevé afin de dénoncer cette erreur de jugement. C’est donc avec satisfaction et enthousiasme que FO a approuvé le retour du facteur-guichetier !
OBJECTIF : 1 000 !
Au 30 mars 2018, 794 sites sont tenus par des facteurs-guichetiers. La plupart de ces collègues sont issus du courrier : 66 % facteurs, 15 % facteurs d’équipe, 10 % agents courrier, 3 % facteurs qualité et seul 1.2 % sont issus du Réseau.
Quoi qu’il en soit, pour FO, au vu de la responsabilité et les compétences nécessaires, chaque facteur-guichetier doit obtenir a minima le grade II-1, garanti par le protocole négocié.
RISQUE D’ISOLEMENT
La Poste veut atteindre son objectif de 1 000 facteurs-guichetiers, mais sans penser aux conditions de travail des agents concernés. Le matin, ils effectuent leur tournée et l’après-midi ils sont au bureau. Cette organisation du travail spécifique a comme conséquence qu’ils ne peuvent pas participer aux Espaces-Temps Communication (ETC). Ils n’ont donc pas ces moments de rencontre avec les collègues du secteur et ne reçoivent pas forcément les comptes rendus de ces réunions. Ils ne sont pas intégrés à l’équipe du réseau et ne se sentent pas appartenir au collectif. De plus, ils perdent pied dans celui du courrier.
LES REVENDICATIONS DE FO
Leur suivi managérial est plus complexe. Pour FO, il faut plus de synergie entre les deux métiers pour améliorer leurs conditions de travail. D’un point de vue de la rémunération, chaque facteur-guichetier doit bénéficier de la prime commerciale, y compris les remplaçants. Il doit percevoir le commissionnement (côté réseau) et la prime Facteur d’Avenir (côté Courrier). La coupure méridienne, avec un maximum de 90 minutes, doit aussi être respectée.

Voir les commentaires

La Poste et ses « bureaux sensibles »

19 Juillet 2019, 09:19am

Publié par FOcom Poste 06

Par « bureaux sensibles », il faut entendre « bureaux à forte activité banque sociale » : la clientèle est qualifiée de fragile et effectue des opérations longues à faible valeur ajoutée. De plus, ils sont principalement situés en quartiers prioritaires de la ville (autrefois appelés Zones Urbaines Sensibles ZUS).
La Poste a enfin pris conscience que le métier de postier dans ces bureaux n’est pas exactement le même que dans les autres bureaux de poste. Cette différence est marquée notamment par un flux de clients important avec des files d’attente longues. À cela se rajoutent des problématiques clients plus compliquées les unes que les autres (clients qui vivent des minima sociaux, migrants…). Les Chargés de Clientèle ne sont pas toujours en mesure de répondre favorablement à la demande de cette clientèle, ce qui génère de fait un certain nombre d’incivilités.
Forte de ce constat souvent mis en avant par les organisations syndicales, La Poste décide de traiter la situation et engage des discussions avec les partenaires sociaux.
Concernant ces établissements, il existe des problématiques prioritaires qu’il faut absolument prendre en compte. En premier lieu, les conditions de travail des postiers doivent être améliorées ! Il faut reconnaître les compétences particulières et les efforts déployés au quotidien par les collègues qui travaillent dans ces bureaux.
Enfin, La Poste doit s’interroger sérieusement sur la pénurie de postiers volontaires pour aller travailler dans ces « bureaux sensibles » et y apporter une solution. Elle doit aussi endiguer un absentéisme croissant qui devrait alerter la direction de La Poste.
Au moment où nous rédigeons cet article, les discussions sont encore en cours et portent sur différents sujets. Tout d’abord, la force de travail doit être mieux dimensionnée et doit déboucher sur des créations de postes. La Poste doit pour cela développer l’attractivité du métier avec notamment des évolutions de carrières accélérées et des reconnaissances de compétences par promotions. Compte tenu des « irritants », comme les interminables files d’attente, FO demande des repos supplémentaires qui sont un moyen de réduire une forte pénibilité.
La Poste doit donc s’engager et doit proposer un accord à la hauteur des attentes des postiers qui œuvrent tous les jours dans un contexte particulièrement compliqué.

Voir les commentaires

MSAP – Elles permettent de maintenir des bureaux de poste de plein exercice !

19 Juillet 2019, 09:09am

Publié par FOcom Poste 06

Aujourd’hui, les 32 000 communes rurales de France accueillent plus du quart de la population française. Près de 18 millions d’habitants sont en attente de plus de services considérés comme « essentiels ». Les 17 075 points de contact du réseau postal permettent bien à 96,7 % de la population de se trouver à moins de 5 kilomètres et à moins de 20 minutes d’un point de contact La Poste mais la situation est différente pour les populations isolées des zones rurales et de montagne : 39 % de leurs habitants parcourent plus de 20 kilomètres pour avoir accès aux services publics d’autres opérateurs dans un point physique.
Justement, la maison de services au public (MSAP) rassemble dans un même lieu plusieurs services publics. Cet espace mutualisé entre plusieurs opérateurs (CAF, Pôle emploi, etc.), issu d’un partenariat entre l’État, les collectivités et les opérateurs de services publics, permet d’assurer la présence et la qualité des services de proximité dans les territoires, notamment dans les zones rurales et de montagne.
À ce jour, 500 MSAP sont opérationnelles et des discussions sont en cours pour envisager la création de nouvelles. Elles sont considérées comme des bureaux de poste de plein exercice.
Plus concrètement, au sein de ce bureau de poste, il y a un paravent qui cache un ordinateur permettant d’avoir accès aux partenaires de la Mairie comme EDF, la Sécurité Sociale, la CAF, les impôts, Pôle Emploi… Le guichetier postier ne se consacre pas à ces activités sauf si le client est demandeur.
FO déplore qu’il n’y ait pas de publicités autour des MSAP, alors que le besoin de service public et de proximité se fait de plus en plus sentir par des populations qui se sentent à juste titre abandonnés par la République. Les MSAP sont d’ailleurs bien accueillies par les élus locaux. L’idée est que la MSAP puisse se connecter à l’ensemble des services publics. Cela est un moindre mal dans la mesure où 20 % des Français n’ont pas accès à Internet.
Néanmoins, la MSAP ne doit pas prendre le relais d’un point CAF, par exemple, en voie de disparition ou sur le point de fermer. Pour FO Com, les MSAP répondent à un réel besoin et permettent de conserver un bureau de plein exercice et l’emploi d’un postier.

Voir les commentaires

FO revendique l’augmentation générale des salaires

18 Juillet 2019, 15:00pm

Publié par FOcom Poste 06

Alors que La Poste se targue de présenter des salaires minimum au-dessus du SMIC* dans son Bilan Social 2018, FO continue de revendiquer l’augmentation des salaires pour tous dans l’entreprise.

De la classe I aux groupes B et C, la rémunération moyenne est de 1932 euros nets pour les salariés et de 2219 euros nets pour les fonctionnaires (hors primes et parts variables). FO constate que le salaire moyen net à La Poste est très bas malgré les négociations annuelles obligatoires (NAO) et les revendications répétées de FO.

50% des postiers gagnent moins de 1800 euros par mois. En effet, de la classe I à la classe II, 10.4% des agents sont rémunérés moins de 1400 euros mensuel, 21.2% des agents ont entre 1400 et 1600 euros mensuels, 10.5% des agents ont entre 1600 et 1800 euros mensuels et 15.4% d’agents qui ont entre 1800 et 2000 euros mensuels. A partir de la classe III, 11.1% des agents sont rémunérés entre 2000 et 2200 euros mensuels, 9.7% ont entre 2200 et 2600 euros mensuels et 4.7% ont entre 2600 et 3000 euros mensuels. A partir des Groupes A, B et C, 7% des agents sont rémunérés plus de 3000 euros mensuels.

A l’instar de l’augmentation générale des salaires, FO revendique pour chaque postier un salaire digne de ce nom en respectant le principe « à travail égal, salaire égal ».

FO revendique la mise en place du 13ème mois pour tous ainsi que la fin du gel du point d’indice de la Fonction Publique avec un rattrapage des pertes de pouvoir d’achat cumulées depuis 2000.

*SMIC : Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance

 

Voir les commentaires

SOCIAL : REVALORISATION DES INDICES GRACE A L'ACTION DE FO COM !

17 Juillet 2019, 10:50am

Publié par FOcom Poste 06

 

Voir les commentaires

Social: FO obtient l’équité de traitement entre retraités fonctionnaires et retraités salariés !

17 Juillet 2019, 10:09am

Publié par FOcom Poste 06

Ces cinq dernières années, FO a constamment insisté sur la reconnaissance des retraités salariés de la Poste, au sens de bénéficiaires des activités sociales. Notre population postale évolue et il est nécessaire d’être en adéquation avec ce nouveau paysage.

Les activités sociales de La Poste sont un coup de pouce substantiel dans un contexte social et économique grave. Les postiers retraités sont également touchés de plein fouet par cette crise !

Nous avons été entendus ! Désormais, tout postier  ayant été employé au sein de La Poste maison mère les cinq dernières années qui précèdent son départ à la retraite – quel que soit son statut (salarié CDI, contractuel de droit public ou fonctionnaire) – pourra être considéré comme potentiel bénéficiaire des activités sociales. Sous certaines conditions d’éligibilité, ces aides sont réparties dans cinq domaines : la parentalité, la situation de handicap de l’enfant, l’action sociale de solidarité, les loisirs et la restauration, sans oublier un accès privilégié à certaines offres dont celles des associations de La Poste.

L’action sociale à La Poste est déployée en alliant prestations directes et offres associatives.

Pour FO, il est primordial que celle-ci bénéficie au plus grand nombre d’actifs et de retraités, avec une attention particulière pour les postiers aux faibles revenus ! La genèse de Force Ouvrière est sans équivoque : améliorer le quotidien de toutes et tous !

 

Voir les commentaires

Retraites : FO dit STOP !

15 Juillet 2019, 22:25pm

Publié par FOcom Poste 06

 

Voir les commentaires

Les Postiers en question

15 Juillet 2019, 22:16pm

Publié par FOcom Poste 06

Le bilan social de La Poste a été présenté aux organisations syndicales lors du Comité Technique National  du  1er et 2 juillet 2019.

Au 31 décembre 2018, nous étions 211.603 postiers dont 79.105 fonctionnaires, 112.802 CDI (Contrat à Durée Indéterminée) et 19.696 CDD (Contrat à Durée Déterminée). A ces chiffres s’ajoute le nombre d’agents Intérimaires qui est en progression constante : 10.856 contre 9.161 en 2017, soit une progression de 1.695 agents, et ce, dans tous les métiers.

La répartition des agents par métier est de 135.310 agents au Courrier, 5.757 au Colis, 13.829 dans les services Financiers, 49.980 au Réseau et  6.727 dans les services Supports et Structures.

7936 fonctionnaires ont quitté l’entreprise notamment pour raison de départ en retraite. 5380 CDI ont aussi quitté l’entreprise en 2018. Le recrutement de 8574 CDI ne permet pas de compenser l’ensemble de ces départs, même si le nombre de CDI augmente de 3194 par rapport à 2017. A noter que 1946 agents ont démissionné l’année dernière.

Le taux d’agents en classe I et II baisse, il passe de 161.956 à 158.452 agents. Le taux d’agents en classe III est assez stable ; 33.950 soit 138 agents de plus qu’en 2017. La classe IV progresse de 182 agents, soit 19.111 agents.

L’âge moyen des postiers dans l’entreprise reste stable, soit un âge moyen de 47.1 ans.

FO condamne la précarisation des contrats de travail et condamne le recours de plus en plus fréquent aux CDD et aux Intérimaires ainsi que l’utilisation abusive de la sous-traitance. Pour FO, l’entreprise doit transformer tous les CDD en CDI et doit permettre l’accès à l’embauche des alternants et apprentis. Seul le contrait de travail à durée indéterminée est un véritable contrat de travail !

Le CDI doit être la norme dans tous les métiers de La Poste y compris au Colis !

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>