Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FOcom Poste 06

Négociations salariales : une exigence aucun salaire inférieur à 1500 euros

17 Décembre 2009, 18:49pm

Publié par FOcom Poste 06

En mai 2009, la CFDT, seule, avait signé un accord salarial qui entérinait une perte du pouvoir d’achat des salaires. Qui plus est, cette signature avalisait une application sur 1 an et demi, alors que la loi impose des négociations annuelles !

FO Com qui s’était refusé à cautionner cette mascarade n’a eu de cesse de réclamer la réouverture de vraies négociations. Encore, la dernière fois, le 27 octobre 2009 !

Hélas ! Les patrons, certainement plus préoccupés par la couleur, le modèle de leur BMW ou par le montant de leur rémunération dans la nouvelle poste privatisée, n’ont pas pris la peine de répondre.

Mais pour se mettre d’équerre avec le nouveau calendrier de revalorisation du SMIC, ils ont décidé de lancer la « Négociation Annuelle Obligatoire » (NAO) en cette fin d’année.

Les patrons veulent mener cette négociation au pas de charge : tout doit être bouclé avant le 20 décembre !

Mais leurs propositions ressemblent plus à une provocation : + 1% en deux fois (janvier et octobre 2010) & revalorisation du complément poste de 6,50 euros par mois

Pour FORCE OUVRIERE Communication, sans même parler de rattrapage de pouvoir d’achat, la juste rémunération du travail effectué passe par une augmentation générale des salaires de 2,5%.

Et, qu’il n’y ait plus aucun salaire inférieur à 1500 euros !

Concernant le Complément Poste qui est, comme la fort justement souligné la Cour de Cassation s’appuyant sur les textes de La Poste, la rémunération du niveau de la fonction tenue et de la maîtrise du poste, FORCE OUVRIERE exige que le principe « à travail égal salaire égal » soit la règle.

FORCE OUVRIERE revendique l’attribution d’une prime de vacances, comme cela se fait dans nombre d’entreprises de la taille de La Poste : 200 euros tout de suite !

FORCE OUVRIERE revendique la revalorisation du Ticket Restaurant à 9 euros

Paris, le 10 décembre 2009

Commenter cet article