Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FOcom Poste 06

Témoignage: L'entreprise que j'aime mais qui nous détruit*

28 Janvier 2011, 10:04am

Publié par FOcom Poste 06

Bonsoir, je m'adresse aux correspondants du syndicat Force Ouvrière de tous les départements de métropole et d'outre mer pour signifier une grande détresse qui se généralise au sein du LA POSTE, notre entreprise, que nous aimions mais qui va vraiment droit au mur, entraînant de plus en plus souvent ses agents dans de graves malaises pouvant conduire à des gestes irréparables. Combien de nos collègues laissent derrière eux veufs et enfants car ils sont arrivés au bout du bout de leur limite, ils sont usés, exténués, la corde a cédée...

Je ne m'appelle pas Jean CLEUNET, c'est un pseudo d'emprunt, vous comprendrez que je ne peux m'étaler publiquement, même si pour moi, la fin se situe début 2012, je tiens pouvoir partir en retraite en vie, car quand je vois ce qu'il se trame autour de moi, cela devient de plus en plus invraisemblable. Ma situation, à l'époque était à envier, peut être, aujourd'hui, ce n'est plus le cas.

Nous sommes les relais d'une politique de management, à minima, digne de ce qui s'est fait à France Télécom, mais ayant des amis qui y travaillent, nous en sommes à un niveau supérieur, là on ne rigole plus. Depuis le 1er mars dernier, les choses se sont rudement accélérées, avec une politique de chiffre qui obsède nos cadres stratégiques, que ce soit sur les directions des métiers au siège, ou au comité exécutif. Lorsqu'on entend les mots employés, par ces cadres sup, du personnel de production, ça glace vraiment, avec des propos indigne d'êtres humains, il est clair que cet aspect ne constitue plus la sinécure de la "exécutive team" depuis fort longtemps. Ressources, levier d'ajustement, compétences nuisibles, Phénomènes irritants, éléments subversifs, et là encore ce n'est qu'un florilège de ce qui peut être "acceptable".

Autour de moi, mes collègues craquent, et pourtant à notre niveau, la places aux sentiments et aux états d'âmes n'a pas lieu d'être, il y a une feuille de route à appliquer, quelques soient les moyens, quelques soient les méthodes, il faut impérativement y parvenir, sinon gare au gros coup de massue à l'arrivée.

Les choses ne sont pas prêtes de s'améliorer, bien au contraire, la rentabilité et le retour sur investissement de la CDC, montre les effets dévastateurs que nous avons connus dernièrement sur Marseille. Lorsqu'on que certaines sources de NOD avoue "en off" que 50 000 emplois seront supprimés au courrier dans le cadre du plan "Ambition 2015", c'est au bas mot, je n'évoque pas le déploiement accéléré des ESC qui laissera aussi du monde sur le carreau, Coliposte qui va accentuer la filialisation sur le volet distribution, et accroître la précarité sur les PFC, La Banque Postale qui va poursuivre la compression commerciale sur ses équipes commerciales et les services support réduits à peau de chagrin, bref rien de très reluisants.

Il y a quand une bonne nouvelle dans le lot, nos cadres dirigeants qui vont connaitre pour la 9ème année consécutive une très confortable augmentation de leur part variable.

Il y a un excellent reportage qui illustre parfaitement la situation dramatique au sein de La Poste, diffusé par Canal +, le 10 janvier dernier, il apparait utile qu'il soit médiatisé au plus grand nombre, car ce qui se passe doit être connu du grand public, nos collègues ne doivent pas être les victimes d'une politique que grand nombre de cadres sup n'a pas souhaité. Une évolution était nécessaire pour s'adapter aux décisions politiques vis à vis de la concurrence, mais pas point de s'aligner vers le modèle sociaux les plus défavorables, l'Allemagne ou les Pays Bas sont vraiment les pires références européennes.

http://www.youtube.com/watch?v=idWLZttwyIU

Je ne souhaite pas approfondir davantage mon échange avec votre syndicat, par contre je souhaite ardemment que vous défendiez bec et ongles nos, vos collègues au sein des instances, mais et surtout dans des actions organisées cadrées mais se révéleront efficaces, hélas, c'est le seul son que les stratégiques du siège entendent aujourd'hui.

Jean CLEUNET

* Toute ressemblance avec des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Commenter cet article