Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
FOcom Poste 06

FA l'Escarène : La Poste doit passer à la caisse.

26 Mars 2010, 11:28am

Publié par FOcom Poste 06

Pour une lecture plus aisée, cliquez sur l'image
Flash-FO-escarene.JPG

Voir les commentaires

Reclassés: Halte au bidouillage

26 Mars 2010, 10:11am

Publié par FOcom Poste 06

Pour agrandir le tract, cliquez sur l'image
halte au bidouillage

Voir les commentaires

Contrat de groupe: de nouvelles garanties....

26 Mars 2010, 09:59am

Publié par FOcom Poste 06

Prevoyance.JPG

Voir les commentaires

ATM et reliquat de CA

26 Mars 2010, 09:52am

Publié par FOcom Poste 06

Nos droits

Voir les commentaires

La Poste ne respecte pas ses engagements

26 Mars 2010, 09:30am

Publié par FOcom Poste 06

Pour agrandir le tract, cliquez sur l'image
En-bref-courrier.jpg

Voir les commentaires

Quel avenir pour les postiers de l’Enseigne ?

21 Mars 2010, 17:40pm

Publié par FOcom Poste 06

La société anonyme appliquée à La Poste n’a pas attendu le 1er mars 2010 pour produire ses effets négatifs ; le ver était dans le fruit avec la libéralisation progressive du secteur postal. De même, l’évolution permanente des services financiers, la création de la Banque Postale et son corollaire la banalisation du « Livret A» ont contribué au changement de statut. Enfin, si la baisse du volume et du chiffre d’affaires était prévisible au courrier avec la dématérialisation des échanges, elle est un argument supplémentaire (que nous contestons) à la déréglementation et à la libéralisation des règles de gestion du personnel.

La Poste n’est plus un service public. La rentabilité, la productivité s’y appliquent dans toutes leurs dimensions.

Les équipes de communication qui gravitent autour des dirigeants usent de démagogie en remplaçant un mot par un autre. Le langage dissimule la réalité au moins pour un temps.

Nous pouvons toujours le regretter, mais il faut bien reconnaître que La Poste d’aujourd’hui, et a fortiori celle de demain, n’a plus rien à voir avec celle d’hier.

- L’Espace Service Client :

Pour l’état major du Siège, il relègue aux oubliettes l’usager. Désormais seule prime la vente à valeur ajoutée. Il accélère la productivité exigée de l’Enseigne (5 % par an) qui fait du réseau, et toutes proportions gardées, le plus gros contributeur du groupe La Poste à la baisse des effectifs de ces dernières années.

Les réorganisations successives continuent d’affecter l’ensemble des postiers du réseau ; ils y perdent trop souvent leurs repères et leur motivation.

En effet, l’ESC n’a pas seulement pour objet la rénovation et la modernisation de nos bureaux, c’est aussi un concept qui vise à éduquer les guichetiers et les clients.

Aujourd’hui, les guichetiers doivent être visibles (gilets au nom de l’entreprise), polyvalents, hyper-compétents et sans états d’âme.

Pendant ce temps, les conditions de travail se dégradent :

- les valeurs du guichetier (disponibilité, écoute, service, confidentialité…) sont bradées sous couvert de modernité ;

- les positions «debout » se multiplient ;

- les fonds de caisse sont ouverts à tous ;

- les objectifs et les résultats individuels font l’objet d’un affichage sur le tableau noir ;

- le système informatique reste à la traîne.

Demain, pour bénéficier d’un guichet traditionnel, il faudra montrer patte blanche, c'est-à-dire avoir quelques sous à placer. Pour le reste, les automates seront de rigueur. Et si dans un premier temps un agent «montrera le chemin », gageons qu’à terme ce sera le « débrouille-toi tout seul ! ».

Le risque est important de voir les bureaux devenir des « vaisseaux fantômes ». Les positions accueil seront-elles pérennes ou sont-elles l’antichambre de futures ressources disponibles ?

Le reclassement des agents inaptes suite à la multiplication des attaques à main armée devient de plus en plus problématique. Les emplois « arrière» sont supprimés et par voie de conséquence, tout reclassement de nos collègues dont la relation avec le public est proscrite devient impossible.

Il ne suffit pas d’un accord de groupe (non décliné à l’Enseigne), il faut aussi se donner les moyens de le rendre applicable. La Direction Générale de l’Enseigne déclare sa préoccupation face à cette situation tout en contribuant largement à sa dégradation. On nous annonce la mise en place d’un « compteur national » visant à encourager les échanges avec le Courrier sans pénalisation des directions territoriales ; la règle du « un pour un » ne serait plus applicable localement.

Le point sur ESC : fin 2009, deux cents bureaux (dont 139 en région parisienne) sur les fameux 1000 bureaux ont été agencés selon le nouveau concept. Pour 2010, La Poste ambitionne d’achever la mise aux normes « ESC» des 800 autres bureaux les plus importants. A noter que certains des bureaux rénovés récemment nécessiteront une nouvelle mise à niveau (70 K€ environ par site). Dans une période où chaque euro est compté, c’est un véritable « pied de nez » aux postiers qui continuent de travailler dans des bureaux à l’état déplorable. Aussi, Force Ouvrière revendique la mise à disposition de moyens financiers pour l’ensemble du réseau, notamment en zone rurale.

Parallèlement, l’Enseigne s’intéresse aux mille bureaux suivants (les 1000 à 2000). Cependant les ressources affectées aux travaux seront moins importantes, les surfaces à aménager étant plus réduites. Un bureau pilote par DAST (13) sera très prochainement mis en test. Les premiers travaux devraient débuter avant l’été. Pour La Poste, la «philosophie» du concept «ESC» peut être maintenue dans un établissement à 2 guichets.

- Du guichetier au conseiller :

L’organisation en métiers et la privatisation font du guichetier le premier maillon commercial de La Poste. Les services et produits traditionnels déclinent sous l’influence conjuguée de l’obsession du résultat financier et de la mutation des habitudes de communication et de consommation.

Politiquement, il s’agit toujours de nous présenter le système marchand et ses besoins déments comme la seule réalité viable.

Jusqu’à présent les guichetiers, les caissiers, les comptables… n’ont profité en rien des réformes opérées. Pire, leurs conditions de travail n’ont cessé de se dégrader.

- L’avenir passe par la satisfaction des revendications portées par FO:

Force Ouvrière entend revendiquer pour le compte de l’ensemble des postiers du réseau, en urbain ou en rural, en ESC ou en bureau plus traditionnel, en « front, middle ou back office ».

La revalorisation de l’ensemble des fonctions en bureau de poste est aujourd’hui une nécessité.

Nous serons exigeants quant à la procédure mise en place. En effet, la promotion est trop souvent devenue la récompense du chef à l’agent, certes compétent, mais aussi flexible professionnellement. Ainsi, elle entretient la concurrence des agents non seulement au travers de leurs compétences et résultats mais également dans leur capacité à cautionner la gestion du manager, quelle que soit la qualité de celle-ci, face notamment aux normes du travail. L’argument de compétences a tendance le plus souvent à devenir un argument d’autorité à moins qu’il se réduise à une sorte de cote d’amour.

Le passage à un niveau supérieur de fonction n’est au final que la juste reconnaissance des efforts effectués par les postiers.

Pour FO, le II.3 pour les guichetiers du réseau de l’Enseigne n’est pas un geste de largesse mais découle de toutes les mutations organisationnelles imposées.

Le II.3 est aussi une nécessité pour les agents affectés à des tâches multiples (caisse, compta, courrier…) et qui permettent la performance de nos guichetiers. Le gestionnaire de stock, miroir aux alouettes dont certains DTELP ont su jouer jusqu’ici, doit enfin devenir une réalité.

L’ensemble de la ligne conseil bancaire et ce, dès le GESCLI SF, doit aussi être revalorisé.

Faut-il rappeler que de nouvelles connaissances deviennent nécessaires avec les nouvelles offres en matière de prêt à la consommation et d’assurances IARD. Le GESCLI PRO doit pouvoir être positionné sur les niveaux III.1 et III.2.

Le guichetier responsable de bureau doit être positionné du II.3 jusqu’au III.2, reflétant ainsi la réalité des situations entre un bureau mono guichet et un bureau multi guichets.

La certification des bureaux ne doit pas se résumer aux vitrophanies que l’on appose sur la porte d’entrée. Elle est aussi le résultat de l’implication forte des postiers. C’est pourquoi, Force Ouvrière en réclame la traduction au travers du versement d’une prime spécifique.

- Des conditions de travail à améliorer au quotidien:

Loin du tape à l’oeil dont pourrait s’enorgueillir La Poste au travers d’une vitrine sociale exhibée tel un label qui poursuivrait en réalité un objectif plus mercantile, Force Ouvrière revendique des mesures concrètes à savoir :

- Un régime d’indemnisation des déplacements uniforme sur l’ensemble du territoire garant d’un remboursement dès le premier kilomètre effectué pour le compte de l’employeur. Que La Poste arrête de se cacher derrière les règles URSSAF, qu’elle trouve des solutions ou qu’elle fournisse des véhicules de service en nombre suffisant !

- Des moyens de remplacement dimensionnés au regard de l’ensemble des positions de travail, du guichetier au DET en passant par la ligne commerciale bancaire. Le maintien du régime indemnitaire EAR et CER. L’arrêt du recours aux sociétés d’intérim.

- L’arrêt des horaires atypiques, notamment à travers les ouvertures du samedi après-midi, dont trop souvent le seul but est de faire « mousser » la hiérarchie locale (Grenoble), tout cela sans retour d’information auprès des agents et des organisations syndicales. A FO, nous dénonçons également le véritable coup de force de l’amendement parlementaire visant l’ouverture d’un bureau de poste jusqu’à 21h00, un jour par semaine, dans les communes de plus de 50000 habitants. Cet ajout est significatif de cette volonté de « flexibiliser » à outrance le temps de travail et participe de la même stratégie de libéralisation de l’ouverture

des grandes surfaces le dimanche. Si d’aventure les patrons de La Poste sautaient sur l’occasion pour accélérer la remise en cause des horaires de travail, ils nous trouveraient sur leur chemin. Paradoxal aussi cet amendement qui impose, dans une loi censée donner plus de libertés à l’entreprise La Poste.

- Un engagement ferme du respect des 35 heures pour tous, quelle que soit la fonction exercée, et pour les dépassements horaires le paiement ou la compensation avec les majorations afférentes. Le travail en 5 jours maximum pour les « temps plein » et une véritable prise en compte des souhaits des agents à temps partiel. Le respect du cadre d’organisation des bureaux, l’arrêt des changements d’horaires, parfois la veille pour le lendemain. Des engagements fermes sur l’attribution des congés sans remise en cause possible.

- Une charge de travail adaptée aux réalités du terrain (nous avons sollicité une audience sur tous les outils de pesage du trafic et de l’activité et une audience sur l’accord ZUS du 16 mars 1999), à la prise en compte de tous les aléas ayant une incidence sur le temps de travail (pannes informatiques, inventaires, etc.).

- Des délais de prise et de fin de service adaptés avec prise en compte des briefs (de 15 à 30 minutes selon la taille des bureaux et leur équipement).

- Une amélioration du cadencement et de la durée des pauses, là aussi adaptée à la réalité du terrain.

- L’arrêt immédiat de l’affichage des performances individuelles comparées.

- L’attribution volontaire des autorisations spéciales d’absence pour évènements familiaux dès lors que ceux-ci sont avérés.

- L’attribution de dispositifs relatifs aux mesures d’âge (DAFA) sans discriminations liées à la fonction et/ou à la zone géographique.

- Des règles de mobilité transparentes (l’arrêt des appels à candidature de pure forme).

- Des locaux nettoyés chaque jour par du personnel spécialisé avec des moyens horaires suffisants.

- Un accord à l’Enseigne ?

La Direction générale de l’Enseigne dit vouloir aboutir à un accord fin septembre 2010… la voilà fixée sur les exigences de Force Ouvrière. Rappelons également que les initiatives locales des DTELP, qui contrarient souvent les discussions nationales, doivent être stoppées notamment à Paris ou en Champagne-Ardenne. 
Force ouvrière, l’intérêt des postiers : c’est notre combat !

Voir les commentaires

Edito de Jacques DUMANS

13 Mars 2010, 09:03am

Publié par FOcom Poste 06

Dumans JacquesLe 21ème  congrès de la fédération FO Communication n'a pas failli à sa réputation. Ce fut un grand congrès où les débats furent particulièrement riches. Il en ressort des résolutions qui constituent de véritables feuilles de route pour la nouvelle équipe ayant en charge le fonctionnement de la fédération.

Au lendemain de ce congrès, la structure militante réunie en Comité fédéral National, m'a fait l'honneur de m'élire au poste de secrétaire général. Je mesure pleinement la responsabilité qui m'attend. Entouré de camarades d'expérience, au sein d'un bureau fédéral ouvert et motivé, nous mettrons tout en œuvre, avec notre force militante, avec l'ensemble de nos adhérents, pour développer Force Ouvrière et ainsi toujours mieux défendre nos revendications.

Le travail qui a été fait par mon prédécesseur Jacques Lemercier et son équipe sortante, l'a été dans un contexte difficile, plus que délicat pour nos entreprises publiques. En 16 ans, le secteur des télécommunications et le secteur postal ont vécu des transformations radicales au détriment du service public, et au détriment des personnels.

C'est en 1996 que France Télécom fut d'abord transformée en Société Anonyme. Déjà, à l'époque, le gouvernement en place promettait que France Télécom resterait une entreprise publique, et qu'il était hors de question de la privatiser. Pourtant, par une loi de décembre 2003,  l'Etat était autorisé à passer sous la barre des 50%. Et en septembre 2004, le gouvernement se décida à vendre 11% du capital, rendant ainsi l'Etat minoritaire.

France Télécom était privatisée !

Certains, naïfs, mais le plus souvent ultra libéraux bon teint, aideront la gente populaire à penser que tout s'est bien passé dans le meilleur des mondes des entreprises privatisables, France Télécom affichant aujourd'hui des milliards de bénéfice. Cà serait oublié que ce fleuron du service public qui apportait tant de royalties à l'Etat avant 1996, a failli disparaître en 2002. Il a fallu un plan de redressement exceptionnel, dit plan Breton, pour échapper au dépôt de bilan.

Un plan de redressement qui ne fut pas que financier puisque des mesures drastiques ultra libérales furent imposées aux personnels : multiplication des restructurations  dont on ne voit jamais la fin ; des dizaines de milliers de suppressions d'emplois qui n'en finissent pas ; et un management à la hussarde dont on voit encore aujourd'hui les effets dévastateurs sur la vie même des salariés.

Le processus à la Poste a été plus lent puisque la Poste, symbole fort de notre service public, vient de passer, à son tour, depuis le 1er mars, en société anonyme. Là encore, nous ne sommes pas dupes des mensonges d'Etat : la vérité qu'on tente de nous cacher, c'est  « en route vers la privatisation, en route vers l'explosion du service public postal, en route vers des milliers de suppressions d'emplois, en route vers l'ultra précarité des emplois restants ».

Mais, ne nous y trompons pas ! FO Com n'entend pas abandonner son combat contre la privatisation. Les délégués du 21ème congrès de notre fédération viennent d'en appeler aux postières et postiers à être le fer de lance du retour à un vrai service public postal. OUI, une loi peut en défaire une autre : la Poste doit redevenir un établissement public !
Au niveau interprofessionnel, le dossier « retraites » nous attend. Nous voulons, avec la Confédération FO, mener un vrai combat. Un vrai combat, cela veut dire que nous n'entendons pas nous inscrire dans des journées « saute-mouton » conduisant à l'épuisement des forces, et finalement à l'échec. Un vrai combat, cela veut dire mobiliser les salariés sur des revendications lisibles par tous : retraite à 60 ans ; 40 ans, c'est déjà trop et le retour aux 37,5 annuités pour tous; financement solidaire.
FO n'acceptera pas que le système par répartition soit mis en cause par les ultras libéraux au bénéfice d'un autre système, celui de la capitalisation. Contrairement à ce qu'on tente de nous faire croire, les modes de financement existent (voir nos tracts). Il s'agit d'un choix de société ; celui de la redistribution, celui de la solidarité. A contrario, pour d'autres, il s'agit de refaire une santé au capitalisme financier qui nous a mené là où nous sommes aujourd'hui. Tous les observateurs s'accordent à dire que la France a mieux résisté à la crise grâce à ses amortisseurs sociaux, c'est-à-dire grâce à ses services publics et à ses régimes sociaux.

Verrait-on un médecin jeter à la poubelle des médicaments qui ont fait leur preuve ?

La fédération FO Communication, au sein de la Confédération, prendra toute sa part dans les combats à mener : nous ne laisserons pas détruire nos systèmes collectifs de solidarité, fondements des valeurs républicaines !

Voir les commentaires

La Poste versera des primes salariales

13 Mars 2010, 08:33am

Publié par FOcom Poste 06

AFP 11/03/2010

La Poste a annoncé jeudi qu'elle verserait, pour la deuxième fois de son histoire, une prime d'intéressement aux postiers de 221 euros brut, afin de "reconnaître les efforts collectifs accomplis", au vu de ses résultats annuels 2009, a-t-elle annoncé dans un communiqué.
Saluant "l'engagement de tous les postiers et postières", La Poste a expliqué qu'elle avait "atteint en 2009 son objectif de résultat (...) malgré un contexte économique défavorable", précise le communiqué, envoyé au moment où elle présentait ses résultats annuels en conseil d'administration.

"C'est pourquoi La Poste versera en avril, pour la seconde fois de son histoire, une prime d'intéressement à l'ensemble de ses collaborateurs", d'un montant de 221 euros brut à "chaque postier ayant trois mois d'ancienneté et présent sur toute l'année 2009" (Sic!!), a-t-elle ajouté.

Le montant sera "identique pour chaque postier, quel que soit son statut, son métier de rattachement et son niveau de rémunération", a-t-elle précisé.

La direction doit publier ses résultats annuels jeudi après-midi. De source proche du dossier, elle devrait annoncer un chiffre d'affaires de 20,53 milliards d'euros, en recul de 1,3% sur un an, mais un bénéfice net légèrement meilleur qu'en 2008 à 531 millions (+0,4%).
Au total, La Poste consacrera un montant global de 55 millions d'euros pour cette prime d'intéressement.

Cette prime intervient dans le cadre d'un accord d'intéressement signé en juin 2009 avec quatre syndicats (CFDT, CFTC, CGC et FO).

La première prime d'intéressement avait été versée en 2008, au titre des résultats 2007. Elle était d'un montant de 102 euros brut.

 

Voir les commentaires

Promotion des reclassés

13 Mars 2010, 07:54am

Publié par FOcom Poste 06

Pour agrandir le tract, cliquez sur l'image
tract-reclass-s.jpg

Voir les commentaires

Retraite: Cotiser plus longtemps?!

10 Mars 2010, 08:20am

Publié par FOcom Poste 06

Pour agrandir les tracts, cliquez sur l'image
2926affiche.jpg
2927affiche-tract

Voir les commentaires

1 2 > >>