Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
FOcom Poste 06

DISTRIBUTION (juillet 11) : De l’intervention de l’Inspection du Travail & ses effets secondaires !

31 Juillet 2011, 08:03am

Publié par FOcom Poste 06

Il était une fois le bureau de LABASTIDE ST PIERRE (82). Un jour, au tout début de l’année 2011, l’Inspection du Travail décida d’aller inspecter ce bureau.

Son intérêt se porta plus particulièrement sur les horaires de travail.

Le camion arrivant aux alentours de 6h25, certains agents avaient pris l’habitude (mauvaise habitude !) d’arriver plus tôt…pour terminer plus tôt.

Lors de la dernière réorganisation (CTP de clôture datant du 31 mai 2011), il avait été question de faire coller la prise de service avec l’heure d’arrivée du camion.

Mais pour permettre aux agents de LABASTIDE de continuer à percevoir l’octroi des tickets restaurant, il avait été convenu qu’ils continueraient à … prendre leur service à 6h55 (sauf le samedi : 6h35, pour des contraintes de qualité de service).

Mais voilà, cet arrangement n’avait pas prévu les conclusions du rapport de l’Inspection du Travail. Celle-ci demanda au Directeur d’Etablissement de se mettre en conformité entre les horaires de travail collectifs et la prise de service des agents.

Devant s’acquitter des exigences de l’Inspection du Travail sous peine de se voir infliger une amende, le Directeur d’Etablissement prit la décision d’unifier toutes les prises de service en les portant à 6h35 arguant un souci de contrainte d’horaires de livraison et de qualité de service.

S’en était fini des titres restaurant pour les agents. La perte sèche par agent s’estima à plus de 850 €.

Une indemnité compensatrice fut demandée par les organisations syndicales.

FORCE OUVRIERE rencontra les agents pour leur expliquer, les écouter. Elle porta des propositions auprès du Directeur d’Etablissement.

Un groupe de travail doit fixer les modalités de l’indemnisation.

MORALITE : Le recours à l’Inspection de Travail doit se faire avec modération. Si son usage peut parfois s’avérer bénéfique, Gare aux effets secondaires !

A l’inverse :

Le recours à FORCE OUVRIERE est sans contre indication.

Voir les commentaires

FO et CFDT, grands gagnants du « mercato » syndical à la tête des caisses de Sécurité sociale

31 Juillet 2011, 07:43am

Publié par FOcom Poste 06

FO va prendre la présidence de la CNAV en octobre, la CFDT vise celle de l'Agirc. La CGC, qui présidait ces deux caisses de Sécurité sociale, est la grande perdante du jeu de chaises musicales. L'UPA va céder au Medef la présidence de l'Acoss et récupérer la vice-présidence de la CNAV.

Selon nos informations, FO va prendre à la mi-octobre la présidence de la CNAV (assurance vieillesse). Elle y placera Gérard Rivière. Plus de quinze ans après avoir été contrainte de céder à la CFDT la tête de l'Unedic puis celle de l'assurance-maladie, la centrale de Jean-Claude Mailly fera son retour à la tête d'une grande caisse. En prenant l'assurance-vieillesse, elle s'assoiera à une place stratégique à l'approche du débat de 2013 sur une éventuelle réforme systémique des retraites, à laquelle elle s'oppose. Sa position sera renforcée par l'accession, déjà programmée pour fin octobre, de Philippe Pihet à la présidence de l'Arcco (régime complémentaire des salariés du privé), que FO occupe en alternance avec le Medef.

D'ultimes coups de téléphone entre leaders viennent de sceller l'affaire. Après plusieurs semaines de tractations, les dirigeants patronaux et syndicaux ont fini de se répartir les présidences des caisses nationales de Sécurité sociale dont ils assurent la gestion paritaire et qui doivent renouveler leur conseil cet automne ou cet hiver. On retrouve au cœur des manœuvres de ce mercato syndical FO et la CFDT. En dépit de leurs divergences, les centrales se sont résolues, comme lors des récentes négociations interprofessionnelles, à accorder leurs violons pour s'imposer, avec l'aval du patronat, comme les principales bénéficiaires du futur jeu de chaises musicales.

Rapprochement

Sauf improbable surprise, la CFDT s'emparera en échange, en janvier, de la présidence de l'Agirc, la caisse de retraite complémentaire des cadres. Elle y placera un représentant de sa fédération cadres. Ce devrait être Jean-Claude Barboul ou Jean-Paul Bouchet, ce dernier tenant aujourd'hui la corde. La centrale de François Chérèque se positionnerait ainsi pour pousser, elle, au rapprochement de l'Agirc et de l'Arrco (lire ci-dessous). Elle marquerait avec cette prise un gros point dans sa lutte permanente avec la CGC pour la suprématie chez les cadres.

La centrale des cadres, qui préside aujourd'hui l'Agirc et la CNAV, est de fait la grande perdante annoncée. Les syndicats lui font payer le positionnement jugé trop ambigu (et proche du gouvernement) de Danièle Karniewicz (l'actuelle présidente de la CNAV, qui ne pouvait pas se représenter après deux mandats) lors du conflit sur les retraites, ainsi que la farouche opposition de la centrale à l'accord Agirc-Arrco de mars. «  La CGC n'est pas punie, elle s'est juste suicidée », note un de ses concurrents.

Le « mercato » sera plus calme pour la CFTC et la CGT. La première conservera la présidence de la CNAF (allocations familiales), que personne ne lui disputait. Jean-Louis Deroussen héritera très probablement d'un second mandat. La CGT, elle, a obtenu ce qu'elle réclamait... c'est-à-dire rien, hormis de conserver la vice-présidence de l'Acoss (la branche recouvrement de la Sécurité sociale qui chapeaute les Urssaf), qui devrait rester entre les mains de Pierre-Yves Chanu.

Le patronat redistribue aussi ses cartes sans heurts. Le Medef et l'UPA se sont entendus : le premier prendra la présidence de l'Acoss, occupée par Pierre Burban (UPA, artisans) depuis dix ans (lire ci-dessous). C'est Jean-Eudes Tesson qui devrait prendre ce poste. Le Medef laissera en échange l'UPA conserver la vice-présidence de la CNAV, qui reviendra à Pierre Burban. La CGPME n'a pas été oubliée et devrait obtenir la vice-présidence de la CNAF.

VINCENT COLLEN ET DEREK PERROTTE

Source : Les Echos Vendredi 29 juillet 2011 5 29 /07 /Juil /2011 16:44

Voir les commentaires

L'Enseigne et son informatique : les "zozos" migrateurs

31 Juillet 2011, 06:41am

Publié par FOcom Poste 06

Pour agrandir ou imprimer le tract, cliquez sur les images

zozos_migrateurs1.jpg

zozos_migrateurs2.jpg

Voir les commentaires

Travail de nuit: La Poste doit payer!

31 Juillet 2011, 06:31am

Publié par FOcom Poste 06

C'est ce que vient de décider le Tribunal Administratif de Rennes jugeant l'inégalité de traitement entre des agents commençant entre 0h et 6h et ceux commençant entre 21h30 et 4h.

Ci-dessous, le modèle de requête à adresser au DOTC.

 A noter que cette mesure concerne aussi les collègues de PPDC. 

Pour agrandir ou imprimer le tract, cliquez sur l'image

majoration_nuit.JPG

Voir les commentaires

INFO Cagnes : Le bord de mer change de nom - les habitants perdent du courrier

31 Juillet 2011, 06:03am

Publié par FOcom Poste 06

Le slogan de La Poste parle d'avenir et de confiance. Les résidents de l'immeuble Le Chantilly, sur le bord de mer, en rient plutôt jaune. Car ils se plaignent depuis un moment déjà de ne pas toujours recevoir leur courrier. Avec parfois des conséquences graves. La Poste, elle, dit avoir fait le nécessaire... et leur renvoie la balle.

Cette copropriété construite voilà 45 ans est faite, il est vrai, un peu bizarrement. Une seule entrée pour un seul immeuble, mais deux ailes... Et donc deux blocs de boîtes aux lettres. Un pour l'aile A, l'autre pour l'aile B.

Déjà, ça peut devenir compliqué pour le préposé en mobylette jaune qui n'a sous la main aucune liste pour l'aider à « dispatcher » les gros paquets et les petites lettres. Rien, à part la concierge de l'immeuble qui, d'après M. DEDELOT, du syndic, « est toujours disponible pour l'aider ».

Boulevard ou promenade...

En fait, tout fonctionnait bien jusqu'à ce que la Ville décide de requalifier le boulevard de la Plage en promenade de la Plage. Une petite nuance. Pourtant, depuis, elle pourrit la vie des propriétaires et pour cause, tout courrier estampillé « boulevard » n'arrive jamais à destination : « Même si on fait ce qu'il faut au niveau des administrations, on n'imagine pas ceux qui peuvent nous écrire et que nous n'aurons pas prévenu du changement », tempête M. DEDELOT.

Qui plaide aussi le fait que Le Chantilly est « une résidence bourgeoise et que seulement 30% des gens sont là à l'année ». Ce qui devrait faciliter la tâche du facteur. En théorie.

Et pour faciliter encore un peu plus la vie des résidents, La Poste aurait récemment mis en place une trieuse qui n'accepte que les adresses tracées au cordeau. Beaucoup passeraient donc à la trappe. Et inévitablement, les dents commencent à grincer. Car parfois, il peut y avoir des conséquences fâcheuses. Mme TRAMONTANA, aile B, s'insurge : « Par deux fois, je n'ai pas reçu mes fiches d'imposition. Et ma banque croyait que j'avais changé d'adresse. » Mme ROSSI-PEDRONI, dans la même aile, renchérit. Elle arrive des Marina, « où il n'y a jamais eu aucun souci alors que les bâtiments sont aussi compliqués ».

Il y a aussi le fils de cette dame qui a reçu sa convocation à un examen... deux jours après l'épreuve.

Et puis Mme GOUTAL, de l'aile B, qui reçoit ses relevés de compte bancaire avec trois semaines de retard. Et Mme MASINI qui a retrouvé « un livre, commandé sur Internet presque par hasard dans les locaux de La Poste et avec un mois et demi de retard ». Et M. LAURO, plus catégorique, qui affirme, « que l'adresse soit correcte ou pas, souvent on ne reçoit rien ».

« Il n'y a pas de trieuse à Cagnes »

Sauf que du côté de la direction de La Poste, la version n'est pas la même.

Pour commencer, on affirme « qu'il n'y a aucune trieuse à Cagnes-sur-Mer » et que le tri se fait à la plate-forme de l'aéroport.

On explique en outre que « les problèmes viennent du changement de dénomination de la rue ». Et à ce titre, La Poste a, depuis le 1er janvier 2010, « fait quatre campagnes sur l'adressage, par courrier et affichage, pour informer les gens qu'au 1er février 2011, le nom de la rue changeait. Et, en janvier dernier, une étiquette verte a été systématiquement collée sur tous les courriers qui contenaient une mauvaise adresse. » Une sorte de piqûre de rappel. Et au niveau du Chantilly, « une collaboration a également été mise en place avec le gardien. »

La direction tient enfin à rappeler que « la dénomination de la rue est très importante pour éviter les confusions ». Un exemple ? A Paris, pour le seul nom de Vaugirard, il existe un boulevard, une galerie, deux rues et une station de métro...

Morgane QUILICHNI

Source : http://www.nicematin.com/ Publié le samedi 30 juillet 2011

Voir les commentaires

La loi sur la médecine du travail est publiée

29 Juillet 2011, 10:04am

Publié par FOcom Poste 06

La loi relative à l’organisation de la médecine du travail est publiée au JO du 24 juillet.

Aucune saisine du Conseil constitutionnel n’a été effectuée, malgré la demande faite aux parlementaires de l’opposition, le 21 juillet, par certains syndicats (CFTC, CFE-CGC, CGT, FO, SNPST et Solidaires).

Pour lire le texte de la loi, cliquez sur le lien : (link)

Voir les commentaires

INFO: Un accord entre Data Syscom et La Poste

29 Juillet 2011, 09:15am

Publié par FOcom Poste 06

Data Syscom, éditeur de solutions logicielles d’éditique, a conclu en juillet un accord avec La Poste pour intégrer et commercialiser la solution Digiposte, un service d’échanges numériques sécurisés.

La solution Digiposte constitue un service « 3 en 1 ». Il s’agit tout d’abord d’une boite aux lettres qui permet de recevoir le courrier d’émetteurs choisis. N’étant pas affiliée à une adresse publique, l’absence de spams est garantie. Digiposte fait également office de « coffre fort » : les documents reçus sont classés automatiquement puis archivés, dans un cadre confidentiel et sécurisé. Enfin, la solution est un espace de partage où des documents peuvent être mis à la disposition de destinataires choisis.

Ghislain Chaumont, PDG de Data Syscom, considère que « ce partenariat s’inscrit dans notre mission d’accompagnement de nos clients de l’éditique papier vers l’éditique numérique. La chute des sorties des états papiers est réelle. Nous devons proposer une alternative électronique qui conserve les éléments de sécurité indispensable : horodatage, certification… L’envoi vers une boîte aux lettres électronique représente l’alternative légale à l’utilisation du papier ».

Ainsi, à partir de septembre 2011, Data Syscom mettra à disposition de ses clients le « coffre-fort » Digiposte pour y stocker leurs documents électroniques, permettant un archivage des bulletins de salaire, des relevés de banques, ou encore des factures.

Source : http://www.focusrh.com/  Publié le 22/07/2011

Voir les commentaires

INFO: Lorient. Il menace de mort des employés de la Poste - deux ans de prison ferme

29 Juillet 2011, 09:01am

Publié par FOcom Poste 06

Il n'avait pas supporté de faire la queue au guichet. Le 6 puis le 12 juillet dernier, un Lorientais sans domicile fixe de 32 ans venu, ivre, retirer de l'argent dans une Poste lorientaise, s'en était pris au personnel. Un guichetier puis la directrice avaient subi ses foudres. "Je refuse de faire la queue, ce sont les connards qui la font" avait-il hurlé face à une vingtaine de clients avant de menacer les deux employés. "Je vais te tuer" avait d'abord entendu à trois reprises la directrice le 6 juillet.

Six jours plus tard, un guichetier avait écopé d'un "je t'attends dehors" qui l'avait forcé à sortir par une porte dérobée. Jugé hier selon le principe de la comparution immédiate, le Lorientais n'en était pas à son coup d'essai. Il a été condamné en octobre dernier à quatre mois de prison ferme pour avoir menacé des employées du CCAS de Lorient. Sorti de prison depuis un mois et demi, Jérôme Luco y retourne donc pour une durée de deux ans.

Source : http://lorient.letelegramme.com/  28 juillet 2011

Voir les commentaires

Enseigne : Point sur la situation des DET et DET adjoints

28 Juillet 2011, 08:09am

Publié par FOcom Poste 06

FORCE OUVRIERE avait demandé à rencontrer la DRHRS de l’Enseigne pour évoquer la situation des directeurs  d’établissement et directeurs adjoints d’établissement, aux prises avec un certain nombre de difficultés pour exercer leur activité. Par ailleurs, le moment avait été jugé opportun pour tirer un premier bilan de la mise en place il y a environ un an des DET adjoints (1200 DET adjoints ont été désignés à ce jour pour une cible prévue de 1400).

Afin de préparer cette audience, des témoignages de plusieurs directeurs et directeurs adjoints d’établissement avaient été recueillis dans différentes régions. Ces échanges avaient fait ressortir un certain nombre de préoccupations qui ont été exposées au cours de l’audience :

ACTIVITÉ, MOYENS…

FO : Problème de remplacement et difficulté de combler les vacances d’emploi. Les EAR étant en nombre insuffisant, les DET sont obligés fréquemment de fermer des bureaux. La recherche d’intérimaires ou autres moyens de remplacement devient une activité de plus en plus « prenante » pour les DET et DET adjoints, ce qui pose la question de la pertinence d’une ressource RH sur chaque terrain.

- Réponse de l’Enseigne

L’Enseigne est consciente du problème ; nos interlocuteurs nous indiquent qu’une réflexion est en cours sur la gestion des moyens de remplacement. Dans un autre ordre d’idée, Madame BARATA annonce que l’Enseigne a pris la décision de mettre en place au niveau local, d’ici mi-2012, des « RH de proximité » que les agents pourront appeler pour exposer leurs problèmes (!). Chaque DTELP est chargé de déterminer le « positionnement » de cette ressource dans l’organisation.

FO : Existence réelle d’une surcharge de travail dans les établissements avec de nombreuses tâches inutiles particulièrement chronophages…

- Réponse de l’Enseigne

Ce constat est partagé par l’Enseigne. L’Enseigne a pris la décision de mettre en place un plan d’allégement des activités « fonctionnelles » afin que les directeurs d’établissement puissent se recentrer sur leur vraie mission, notamment commerciale. Chaque direction fonctionnelle de l’Enseigne (RH, Finances, Sûreté,…) est actuellement chargée de réfléchir à l’optimisation des activités relevant de leur ressort.

FO : Des relations entre les DET et DET adjoints pas toujours bien définies qui peuvent générer des tensions. Les DET adjoints estiment souvent être préposés aux tâches subalternes et ils se sentent déclassés… Quid de la responsabilité des DET adjoints ?

- Réponse de l’Enseigne

Les activités attendues des DET et des DET adjoints sont décrites dans une fiche de poste dédiée ; le partage des responsabilités entre les deux fonctions est ainsi clairement défini. Toutefois, pour permettre une meilleure « cohabitation » entre les deux fonctions, l’Enseigne généralisera des contrats de délégation entre les DET et leurs DET adjoints.

FO : Heures supplémentaires ? Un certain nombre de directions envisagent de compenser les heures supplémentaires effectuées sous la forme de forfait-jours (au lieu du paiement). D’autres directions ne payent rien du tout !

- Réponse de l’Enseigne

Un chantier sera ouvert sur les heures supplémentaires. En tout état de cause, l’Enseigne ne pourra pas s’affranchir dans cette réflexion, des récentes évolutions de la jurisprudence qui préconisent un plus grand encadrement du forfait-jour (si telle était l’option retenue).

FO : Des moyens en véhicule insuffisants, notamment pour les terrains les plus étendus (qui justifient de nombreux et de longs déplacements pour visiter les bureaux). Trop de DET adjoints doivent prendre leur véhicule personnel pour visiter les établissements. Problématique des remisages à domicile,…

- Réponse de l’Enseigne

La règle prévoit la dotation d’un véhicule de service pour les terrains composés d’au moins 4 établissements. Pour les autres terrains, les déplacements font l’objet d’un remboursement sous la forme d’IEV (calcul sur la base du PRK,…). Un remisage à domicile peut être, à titre occasionnel ou permanent, envisagé ; une demande doit être alors faite à son hiérarchique. Un rappel de la règle sera réalisé par l’Enseigne.

MOBILITÉS, PESAGE DE POSTE…

FO : Manque de transparence sur les primes de mobilité (leur montant semble être laissé à la discrétion des DETLP), sur le pesage des postes. S’agissant de ce dernier point, le niveau de classification des DET (et par voie de conséquence des DET adjoints) est incontestablement sous-dimensionné par rapport à leurs responsabilités et aux exigences des postes. Un sentiment d’injustice et de déclassement prédomine….

- Réponse de l’Enseigne

La réglementation RH définit les modalités d’accompagnement de la mobilité : prime géographique et prime d’adaptation.

Un rappel de la règle sera fait aux DRH territoriaux. Le pesage des postes obéit également à des règles qui privilégient des critères applicables à toute la ligne managériale. Parmi ces critères, des éléments commerciaux (encours financier, chiffre d’affaire,…) mais également des éléments ayant trait au nombre de clients par jour, au nombre de points de contact gérés, …

Le pesage des postes est réalisé au niveau de la DEX ; celle-ci est en mesure de justifier chaque pesage de poste si la demande lui est faite.

Il n’existe pas de poste de DET en Groupe B. Toutefois, les DET des terrains les plus importants peuvent s’orienter vers des fonctions de directeur des ventes Groupe B.

L’Enseigne a indiqué que, globalement, le pesage des postes avait donné un résultat bien meilleur que prévu (15% de DET en classe 3, 33% de DET 1 et 52% de DET 2 aujourd’hui contre un taux de 33% prévu initialement pour chacune des catégories).

FO : Intégration des jeunes directeurs d’établissement ? Des salaires dont le niveau est sous dimensionné au regard des responsabilités exercées ? Des formations centrées principalement sur la fonction commerciale et qui négligent le management (cela peut paraître surprenant quand on sait que les DET appuyés de leurs collaborateurs directs (notamment, les DET adjoints), ont la responsabilité de la gestion des équipes.

- Réponse de l’Enseigne

En interne, le recrutement des DET est réalisé essentiellement par le biais de promotions (DET adjoints vers DET, ….). Les DET nouvellement recrutés bénéficient d’un tutorat. Les DET externes (une dizaine par an), qui sortent des plus grandes écoles (école d’ingénieurs, HEC, ESC,…) sont systématiquement soumis à une période d’intégration de 6 mois alternant théorie et pratique. L’Enseigne retient l’idée de formations dispensées aux DET plus « ouvertes » (relations sociales, communication,…)

RÉMUNÉRATION, PART VARIABLE….

FO : Manque de transparence sur l’attribution des parts variables dont le montant est souvent notifié par les directeurs des ventes sans entretien d’appréciation et explications fournies.

- Réponse de l’Enseigne

Le mode de calcul jusque-là appliquée (conjugaison de 3 données : part collective du département, objectifs personnels et performance du bureau) est abandonné au profit d’un système plus transparent basé sur une liste de critères prédéfinie pour lesquels des objectifs sont négociés.

Dans l’ensemble, les managements de la performance sont réalisés (95% contre 70% il y a encore quelques années).

FO : Un niveau moyen des parts variables accordés aux DET adjoints honteusement bas (2000<). Force Ouvrière demande une amélioration de cette situation.

- Réponse de l’Enseigne

L’Enseigne a décidé de réévaluer le montant des parts variables avec une cible à 3000 d’ici 2 ans (2500€ dès l’année prochaine).

FO : Des salaires particulièrement bas pour les DET contractuels au regard des responsabilités exercées et des exigences du poste.

- Réponse de l’Enseigne

Selon l’Enseigne, les salaires seraient conformes au « marché ». Par exemple, la rémunération annuelle brute d’un jeune DET recruté à la sortie de l’école est de 35K€. En dehors des considérations salariales, ces jeunes feraient acte de candidature à La Poste, pour les valeurs de l’entreprise ainsi que pour les perspectives d’évolution offertes. Selon Madame BARRATA, ces jeunes, soumis à un processus de sélection rigoureuse, sont les cadres dirigeants de demain de l’Enseigne.

CONCLUSION

Cette audience a permis déjà de vérifier un point : les dirigeants de l’Enseigne sont bien informés de la situation des directeurs et directeurs adjoints d’établissement, des principaux sujets de préoccupation. A La Poste, cela est suffisamment rare pour être souligné ! Néanmoins, la prise de conscience ne suffit pas. Pour notre syndicat, la priorité est aux actes.

La liberté que peuvent prendre les DTELP avec la réglementation RH (chacun est tenté d’y aller de sa propre interprétation !) constitue des « irritants » qui empoisonnent le quotidien de nos collègues. L’Enseigne se propose de rappeler les règles qui sont concernées : modalités d’accompagnement de la mobilité, remisage à domicile de véhicules de service,…

Par ailleurs, elle nous a réaffirmé son attachement à la transparence en se disant disposer à examiner, le cas échéant, les dossiers « litigieux » au cas par cas. Force Ouvrière ne se privera pas de faire remonter les dossiers.

Pour les problématiques plus conséquentes, nous constatons avec satisfaction qu’un certain nombre de nos revendications ont été satisfaites : revalorisation de la part variable moyenne des DET adjoints (c’est un bon début mais l’augmentation consentie nous paraît insuffisante : nous demandons une revalorisation à hauteur de 4K€), clarification des rôles entre DET et DET adjoints, formation des jeunes recrues, allègement des fonctions par le transfert ou l’optimisation des tâches secondaires,…

Toutefois, nous nous interrogeons sur la mise en place des « RH de proximité » …L’Enseigne nous a indiqué sans en dire plus que les agents pourraient les contacter directement. Quelle sera le rôle très précisément de ces RH de proximité : des conseillers ou des confidents pour les agents, des « vigies » pour l’entreprise ?

Cette nouvelle fonction sera-t-elle mise en place par redéploiement d’effectifs ou bien encore par création d’emplois ? Le pire serait que le dispositif annoncé par l’Enseigne soit un « trompe l’œil » qui ne change rien à la situation des agents ou bien encore qu’il soit un outil de redéploiement des effectifs pratiqué au détriment d’un certain nombre de services.

Nous sommes également convaincus que le modèle de gouvernance privilégiée par l’Enseigne (forte autonomie consentie aux DTELP) peut être générateur de disparités régionales dans le management des équipes et créer ainsi un malaise (les équipes communiquent entre-elles). Seul un contrôle interne efficace peut garantir une cohérence ensemble.

Malgré la bonne volonté affichée par l’Enseigne, nous n’avons pas perdu de vue que des dossiers importants tels que notamment la gestion des moyens de remplacement, les heures supplémentaires restaient à traiter. L’Enseigne a ouvert des chantiers sur ces questions. Nous resterons vigilants sur les orientations qui seront prises. Encore une fois, Force Ouvrière jugera sur les actes et non pas sur les paroles.

Voir les commentaires

Projet « OSMAN » : Fin de vacation pour les caissiers !

28 Juillet 2011, 07:45am

Publié par FOcom Poste 06

 Osman_caissiers.JPG

Encore une fois, l’ENSEIGNE confond vitesse et précipitation, comme pour l’offre « La Poste Mobile ». Les Bureaux de Poste avec la V7 subissent déjà une véritable saignée de guerre. Avec OSMAN et la V8, nos Bureaux deviendront des ossuaires !

IL FAUT PASSER LA CAMISOLE AU DOCTEUR DIAFOIRUS DE L’ENSEIGNE !

Y’en a marre des suppressions d’emplois dans nos Bureaux de Poste !

UNE RIPOSTE S’IMPOSE : FO APPELLE LES GUICHETIERS

À SE MOBILISER ET À PRÉPARER UNE GRANDE JOURNÉE DE GRÈVE LE MARDI 20 SEPTEMBRE 2011.

Pour lire le tract, cliquez sur le lien : (link)

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>